Journée de grève et manifestations le 26 janvier 2016

Déclaration du Bureau confédéral du 18 janvier 2016

Recommander cette page

Le Bureau Confédéral de Force Ouvrière soutient les fédérations de fonctionnaires Force Ouvrière qui appellent à une journée de grève et manifestations le 26 janvier 2016.

Gel du point d’indice depuis 2010 sans interruption, diminution des effectifs dans nombre de secteurs, inquiétudes fortes liées à la réforme régionale et à la Loi NOTRe, restrictions budgétaires, remises en cause de missions du service public constituent les raisons de la colère.

Il n’y a pas de République digne de ce nom sans service public à même d’assumer, pour ce qui le concerne, la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité.

Une délégation du bureau confédéral dont le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly participera à la manifestation parisienne.

A propos de cet article

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

19 janvier 1946

Crise à la Fédération syndicale mondiale. L’AFL (American Federation of Labor) avait refusé de s’y intégrer, l’accusant d’être le "cheval de Troie" du communisme. Le plan Marshall, ressenti par les communistes de la FSM comme une volonté de colonisation de l’Europe occidentale, le (...)

Crise à la Fédération syndicale mondiale. L’AFL (American Federation of Labor) avait refusé de s’y intégrer, l’accusant d’être le "cheval de Troie" du communisme. Le plan Marshall, ressenti par les communistes de la FSM comme une volonté de colonisation de l’Europe occidentale, le "coup de Prague" et la création par Moscou du Kominform cristallisent les oppositions. Lors de la réunion du Bureau du 19 janvier 1949, les syndicats anglo-américains demandent que la Fédération suspende toute activité pendant un an et se consacre à un travail de réflexion. La majorité du Bureau propose une réunion d’une instance plus vaste ; le CIO et les syndicats anglais et hollandais quittent alors la Fédération, suivis peu après par les centrales des pays nordiques, de la Belgique, de l’Australie, de l’Autriche et de la Suisse.