Décret sur la fermeture de Fessenheim : Après les chantages et les menaces, Mme Royal bascule dans l’ère de la post-vérité

Nucléaire par Énergie et Mines

Rassemblement contre la fermeture de Fessenheim le 14 septembre 2016, à l’occasion d’un comité central d’entreprise (CCE) convoqué au siège d’EDF à Levallois Peret (92). Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Communiqué de FO Énergie et Mines

Le dossier de fermeture de Fessenheim représente de la part de l’État, et particulièrement de celle de Mme Royal, une violation répétée des valeurs de la République.

Après avoir pratiqué un chantage en janvier dernier sur d’autres dossiers que celui-ci (Paluel et Flamanville 3), Mme Royal a imposé son inscription au CA EDF alors que nous sommes en pleine campagne électorale. Ceci est en violation totale avec la tradition républicaine qui impose aux Services Publics une stricte neutralité pendant cette période.

Puis, elle a clairement menacé les administrateurs indépendants au mépris des règles du gouvernement d’entreprise.

Dimanche 9 avril, nous avons eu droit à l’ultime provocation, à savoir la publication d’un décret de fermeture de Fessenheim prétendument sur proposition de l’exploitant !

Alors là, Mme Royal n’est plus seulement dans le grotesque. Elle ajoute la violation de la loi qu’elle a pourtant elle-même fait voter !

Il n’y a évidemment pas eu de demande d’EDF et Mme Royal n’a donc aucune possibilité de sortir ce décret.

Elle agit ainsi comme Trump aux USA qui réécrit l’histoire à sa façon !

Ce décret est grossièrement illégal et FO, comme d’autres forces, le défèrera devant le Conseil d’État.

FO tient à nouveau à dénoncer cette obsession de Mme Royal à vouloir supprimer les 2000 emplois de Fessenheim alors même que la centrale est parfaitement sûre comme l’a souligné l’ASN.

Respecter les salariés alors que Mme Royal n’a jamais daigné rencontrer leurs organisations syndicales, respecter la légalité républicaine alors que son décret est à l’évidence manifestement illégal, tout cela passe au-dessus de Mme Royal qui n’est mue que par sa propre image.

Mais quelque soit l’attitude de ceux qui abîment la République, FO continuera à se battre pour une politique énergétique respectueuse des personnels et contre la fermeture de centrales jugées bonnes pour le service à Fessenheim ou ailleurs.

Plus que jamais, la bataille continue !

AGIR NE PAS SUBIR !

Énergie et Mines Secrétaire général

Sur le même sujet

Mise en oeuvre par EDF et Areva des décisions du Président de la République : Réactions de FO Énergie et Mines

Communiqué de FO Énergie et Mines par Énergie et Mines

EDF et Areva ont communiqué ce jour, sur la mise en oeuvre des décisions du Président de la République prises le 3 juin dernier sur « la refondation de la filière nucléaire ». Pour FO, celle-ci mérite mieux qu’une logique principalement financière.
Sans surprise, ce texte, négocié sous la pression (...)

Areva : fin du suspense ?

Service Public par Evelyne Salamero

Après des mois de négociations, EDF devrait entériner le 27 janvier le montant (2,5 milliards d’euros) qu’elle entend consacrer au rachat d’Areva NP, la filiale du groupe qui fabrique et entretient les réacteurs nucléaires. Un montant inférieur à celui prévu à l’origine (2,7 milliards). Dans la foulée, (...)

FO refuse l’atomisation de la filière nucléaire civile

Centrales par Evelyne Salamero

« Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage »… Le fameux proverbe s’appliquerait-il aussi au nucléaire ? Plusieurs indices le laissent soupçonner.
L’anomalie de fabrication de la cuve du réacteur de la centrale nucléaire en cours de construction à Flamanville (Manche) défraye la chronique. La cuve a (...)

Nucléaire : les agents EDF en grève pour défendre Fessenheim

Emploi et Salaires par Valérie Forgeront

En parallèle de la grève ce 14 septembre à l’appel de quatre syndicats dont FO, un rassemblement avait lieu devant le siège d’EDF à Levallois-Perret près de Paris où se tenait un comité central d’établissement. Plusieurs centaines d’agents dont la plupart venus de Fessenheim (Haut-Rhin) ont manifesté leur opposition à l’arrêt en 2018 de la production de la centrale nucléaire.