Défendre les emplois publics et privés en Seine-et-Marne

Congrès d’UD par Françoise Lambert

Pascal Pavageau, Odile Raffini et Antoine Gamaury à la tribune du XXXVe congrès de l’Union départementale FO de Seine-et-Marne, qui s’est tenu le 12 juin 2015 à Meaux.

Lors du XXXVe congrès de l’Union départementale FO (UD-FO) de Seine-et-Marne, qui s’est tenu le 12 juin 2015 à Meaux, Antoine Gamaury a été élu au poste de secrétaire général de l’UD, en remplacement d’Odile Raffini, qui ne se représentait pas. Un postier remplace ainsi une postière à la tête de l’UD. Odile Raffini a été réélue à la Commission exécutive de l’UD.

Le congrès, présidé par Pascal Pavageau, secrétaire confédéral, a réuni près de 200 participants. Au centre des débats, la dimension locale de préoccupations nationales : la défense de l’emploi public et privé dans un contexte économique sous contrainte de l’austérité, le travail du dimanche. Si, bien sûr, les questions liées au projet de réforme territoriale, ou encore les mobilisations pour l’augmentation des salaires ont également été discutées, l’enjeu du développement syndical a pris une place importante.

En Seine-et-Marne, les chiffres du chômage restent préoccupants, a rappelé Odile Raffini. Fin décembre 2014, le département comptait 65 090 demandeurs d’emploi de catégorie A, soit 5% de plus que l’année précédente. Le taux de chômage atteint 8,1% en Seine-et-Marne (contre 9,9% pour la moyenne nationale), mais ce chiffre cache d’importantes disparités dans un vaste département qui s’étend sur plus de 6 000 km2. Si le chômage plafonne à 7,1% dans la région de Marne-la-Vallée, il atteint 11,5% dans celle de Montereau-Fault-Yonne. Des disparités qui s’expliquent en partie par la désertification industrielle. Certains intervenants ont souligné les difficultés des petites entreprises du bâtiment, confrontées à une baisse des commandes, dont un grand nombre met la clé sous la porte, avec des conséquences néfastes pour l’emploi. Du côté des fonctionnaires, les enseignants ont souligné le trop faible nombre de postes, notamment chez les instituteurs. Les personnels hospitaliers s’inquiètent des conséquences sur l’emploi et sur la qualité des soins des regroupements d’hôpitaux en cours, comme ceux de Nemours, Melun et Montereau. Quant aux salariés de la Sécurité sociale, ils s’alarment de la fermeture de points d’accueil, notamment dans les Caisses d’allocations familiales, qui entraînent une dégradation rapide du service aux assurés.

Concernant le travail du dimanche, les congressistes ont rappelé qu’il doit rester l’exception, et le repos dominical la règle, alors que de nombreuses enseignes de commerces alimentaire et non alimentaire, notamment du bricolage ouvrent régulièrement leurs portes le dimanche en Seine-et-Marne.

Par ailleurs, le congrès s’est félicité de la création de 47 syndicats FO depuis le dernier congrès dans le département et a réaffirmé la nécessité de continuer à travailler au développement syndical. Dans leur résolution, les congressistes ont aussi souligné les bons résultats obtenus aux élections professionnelles. À La Poste, le score de FO a été multiplié par deux en sept ans. Chez Numéricable Completel à Champs-sur-Marne, FO est devenue en avril 2015 la deuxième organisation syndicale de l’entreprise avec 16,4% des suffrages.

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Jean-Claude Mailly : « Je comprends les salariés de Sanofi »

RFI | Mardi 24 février 2015 par Jean-Claude Mailly

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière, commente la réforme du dialogue social en France et les chiffres du chômage de janvier. « J’ose espérer que le gouvernement ne va pas reprendre quasi-totalement le texte qui est allé à l’échec », lâche t-il sur RFI. « S’il s’amusait à ça, ce serait (...)