Livre

Déodat et Trémière

, Corinne Kefes

Recommander cette page

Amélie Nothomb nous offre ici un nouveau conte, revisité par ses soins. Définir ce livre en quelques mots, ce serait restreindre son champ imaginaire : comme tout conte, il évoque un universel qui résonne différemment en chacun de nous.

Il n’en reste pas moins que ce livre parle de la beauté, à travers tous ses masques, y compris et d’abord celui de la différence, de l’exception. Il interroge sur le regard qu’on porte aux autres et sur soi-même. Il parle aussi bien sûr de l’amour, qui se veut aveugle (et sourd) et qui rassemble même ceux que tout peut sembler opposer.

Ainsi, au fil de deux histoires parallèles, on découvre l’enfant d’un couple âgé mais aimant sans condition, un garçon laid mais lucide, doté d’un intellect surprenant et d’une intelligence émotionnelle rare ; et l’enfant d’un jeune couple dépassé, confié à sa grand-mère, une fille d’une beauté sans pareille mais comme absente du monde et donnée pour stupide.

Bon conte ne saurait mentir, ces deux-là étaient faits pour se rencontrer.

Du conte, on retrouve le style fluide d’une narration simple, une fin abrupte mais heureuse et une morale en filigrane : il faut savoir appréhender le monde tel qu’il est pour le comprendre et s’en absoudre, il faut savoir déchiffrer les autres et soi-même pour s’accepter tel que l’on est, il faut savoir regarder au-delà des choses, par une introspection raisonnée ou par une contemplation sensible pour découvrir la beauté et le bonheur.

Riquet à la Houppe d’Amélie Nothomb, éditions Albin Michel, 348 pages, 16,90 euros.