Sécurité sociale - FO Hebdo

Dernière ligne droite avant les élections à la CNAMTS et dans les DRSM

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

Jean-Claude Mailly à la rencontre des personnels de la Caisse nationale d’assurance maladie des Travailleurs salariés (CNAMTS) le 19 octobre 2016. Photographies : F. Blanc (CC - BY - NC 2.0)

FO prépare les élections professionnelles du 17 novembre à la CNAMTS (Caisse nationale d’Assurance maladie des travailleurs salariés) et dans les DRSM (les Direction régionales du service médical). Ce 19 octobre, le secrétaire général de la Confédération, Jean-Claude Mailly et des militants FO du secteur de la Sécurité sociale sont allés à la rencontre des personnels parisiens. L’occasion de faire le point sur les modalités et enjeux de ce scrutin.

Plus on sera fort par ces résultats électoraux, plus on sera entendu et par les temps qui courent, c’est particulièrement « important » pour les personnels de l’Assurance maladie et pour les assurés.

Ce mercredi matin 19 octobre, Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de la Confédération FO ainsi que des militants FO du secteur de la Sécurité sociale rencontraient à Paris des personnels de la Caisse nationale d’Assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS).

Objectif : évoquer les élections du 17 novembre à la CNAMTS ce qui comprend aussi les Directions régionales du service médical. Au nombre de vingt-deux, les DRSM, anciennement rattachées aux caisses régionales (les CARAST) sont désormais intégrées à la CNAMTS.

Ces élections qui visent à élire des délégués du personnel ainsi que les comités d’établissements des 22 DRSM du territoire concernent environ10 000 salariés. On compte ainsi les 2 200 personnes travaillent à la CNAMTS dont 1 200 au siège à Paris. A cet effectif s’ajoutent les 6 500 employés et cadres et les 1 500 praticiens conseils travaillant au sein des DRSM.

Employés, cadre et praticiens conseils font listes communes

Pour cette élection, Force Ouvrière qui est déjà la deuxième organisation au sein de la CNAMTS et plus largement la 2e organisation syndicale aussi à la Sécurité sociale avec 30% des voix présente dans chaque région des listes uniques.

C’est une grande satisfaction indiquent Michel Rochette pour la FEC-FO (la fédération FO des employés et cadres) et Alain Gautron pour le SNFOCOS (syndicat national FO des cadres des organismes sociaux). On est tous des salariés comme les autres explique ce dernier soulignant le caractère « essentiel » de ces élections pour FO. Chaque liste comportera ainsi des employés, des cadres et des praticiens conseils.

Pour ce scrutin du 17 novembre, nous avons des marges de progrès électoral note avec humour Alain Gautron rappelant de précédents résultats qui ne peuvent que réjouir l’organisation.

Ainsi à l’issue des dernières élections nationales qui concernaient en 2015 les personnels (de statut privé et public) des ARS (Agences régionales de Santé), Force Ouvrière a enregistré une progression de 7%, en termes de voix, sur l’ensemble du territoire.

En avril dernier, lors des élections au conseil de la CNAMTS, FO (avec 37% des voix chez les employés) a obtenu le mandat pour représenter les employés. FO représente ainsi 6 500 employés.

Faire respecter l’égalité dans l’accès aux soins

Le renforcement du poids de FO au sein de la Sécurité sociale, notamment par le prochain scrutin au sein de la CNAMTS, participera à défendre davantage encore notre système de couverture sociale, un des meilleurs systèmes au monde insistait ce 19 octobre Jean-Claude Mailly.

Par leur rôle au plan de leur travail et leur attachement à l’institution sécurité sociale, les personnels permettent l’accès aux soins. C’est une manière d’affirmer une des valeurs républicaines : l’égalité. Et dans le cas présent l’égalité dans l’accès aux soins.

Alors que l’an dernier se fêtaient les 70 ans de la Sécurité sociale (ordonnances de 1945), le système de protection sociale, financé majoritairement par les cotisations des salariés a toutefois grand besoin d’être défendu -ainsi que ses personnels- dans le cadre actuel des réformes de restructurations.

Les salariés s’interrogent ainsi sur les conséquences de l’intégration des DRSM à la CNAMTS, notamment au plan de l’avenir des œuvres sociales qui seront intégrées aux différents comités d’établissements.

Ils s’interrogent encore sur les conséquences du projet TRAM, le système de « travail en réseau » au sein de l’assurance maladie. Un TRAM qui pourrait annoncer des mutualisations de services à outrance, voire une régionalisation des implantations s’inquiète FO.

La loi Travail est aussi un motif de tracas pour les personnels de la sécurité sociale indiquait Michel Rochette. S’ils disposent d’une convention collective nationale, celle-ci pourrait être attaquée par une tentative d’application de la loi Travail au plan de la durée du travail notamment.

Pour vaincre tous ces motifs d’inquiétudes en faisant entendre les revendications des personnels, la confirmation du poids de FO au sein de la CNAMTS est plus que jamais importante. Cela passera par les urnes et un vote Force Ouvrière le 17 novembre prochain.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Valérie Forgeront

Journaliste à FO Hebdo

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément