Discrimination syndicale : pour la combattre, se syndiquer !

Toute l’actualité par  Valérie Forgeront

L’engagement syndical est « un facteur de progrès social », alors « oui, il faut se syndiquer ! », souligne la confédération FO qui participait récemment à la présentation du douzième baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi, dédié cette année aux discriminations syndicales.

L ’enquête portant sur la discrimination syndicale, réalisée par le Défenseur des droits et l’OIT, confirme que se syndiquer ne va toujours pas de soi. Près d’un actif sur trois et une personne syndiquée sur deux estiment que les discriminations en raison de l’activité syndicale se produisent souvent ou très souvent. En outre, 46 % des syndiqués interrogés affirment avoir déjà été victimes de discrimination et 35 % de la population active ne se syndique pas de peur de représailles ! FO, qui souligne le rôle primordial de l’État pour faire respecter la liberté syndicale, obligation constitutionnelle et conventionnelle (convention n°87 de l’OIT), revendique, entre autres, l’augmentation des moyens humains et financiers de l’inspection du travail. La situation dans les entreprises illustre la nécessité de combattre la discrimination syndicale. Petit exemple récent…

Harcèlement, pressions…

M. X, trentenaire, cadre dans un magasin Leroy Merlin d’Île-de-France, n’avait jamais rencontré de problèmes à son travail. Jusqu’en mars dernier. Des membres du comité de direction, auquel il participe, lui ont demandé d’aller décourager les salariés de voter au premier tour des élections au CSE, concrètement de les saboter !, s’indigne Bernard Vigourous, le délégué syndical central (DSC) FO. Or, non seulement M. X fait fi de la consigne mais il se syndique. Dénigrements et pressions vont alors crescendo. Il a alerté la commission interne de lutte contre le harcèlement mais en vain… Celle-ci est liée à la direction, s’irrite le DSC FO.

Le 14 septembre, le salarié tente de se suicider dans les locaux du magasin. Des salariés organisent alors un rassemblement de soutien. La direction organise, elle, une contre-manifestation. Actuellement, M. X est toujours en arrêt maladie. Ses avocats ont annoncé qu’ils déposaient une plainte pour discrimination et discrimination syndicale. À l’occasion de ce triste événement, nombre de salariés du groupe, dont des syndiqués, ont pointé des procédés de discrimination syndicale, et de grande ampleur, chez Leroy Merlin.

Là comme ailleurs, des pratiques à combattre donc.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Égalité réelle au travail : il y a encore du boulot

Toute l’actualité par Nadia Djabali

Un tiers de la population active déclare avoir subi des discriminations au cours des cinq dernières années, sur son lieu de travail ou lors d’entretiens d’embauche. Premières victimes : les femmes, les jeunes, les immigrés et les handicapés.