Communiqué de FO

Discriminations : Patience et longueur de temps…

, Didier Porte, Secteur Juridique

Recommander cette page

Les réponses apportées, ce jour, par les ministres (Travail et Ville) dans le deuxième rapport du groupe de dialogue sur la lutte contre les discriminations s’avèrent bien décevantes.

Si Force Ouvrière salue la décision de pérenniser ce groupe de dialogue en le plaçant sous la double tutelle du Ministère du Travail et du Ministère de la Ville, notre organisation regrette, en revanche, la timidité des engagements ministériels.

Sur la question des indicateurs permettant de suivre l’évolution des carrières et des rémunérations (qui était l’une de nos principales revendications), au lieu de s’engager dans la publication rapide d’un décret, le gouvernement choisit de lancer, à compter de janvier 2017, une expérimentation par un appel à projet diligenté par les services du ministère du Travail.

L’impact sera ensuite vérifié par la DARES et si l’expérimentation s’avère positive, alors un décret sera pris, ce qui signifie, en clair, qu’au vu des prochaines échéances électorales, aucun décret ne sera pris !

Alors que cette proposition figurait déjà dans le rapport de mai 2015 et que les organisations syndicales, lors de la reprise des travaux pour cette seconde année, avaient de manière unanime déclaré l’urgence, pour la prise de cette mesure, le gouvernement nous renvoie aux calendes grecques !

Certaines autres propositions du rapport reçoivent des réponses en demi-teinte ; il en est ainsi de la question de l’action de groupe ouverte aux organisations syndicales en matière de discrimination et de la formation obligatoire sur la lutte contre les discriminations dans les entreprises de plus de 300 salariés (la situation des petites entreprises devant, elle aussi, faire l’objet « d’expérimentations » ).

Le projet de loi « Egalité-citoyenneté » qui devrait être adopté en décembre, contient d’ores et déjà certaines mesures (la formation obligatoire dans les entreprises de plus de 300 salariés, la reconnaissance du testing comme mode de preuve…).

Mais le gouvernement renvoie pour, le reste, la responsabilité aux partenaires sociaux en leur demandant de revoir expressément l’Accord national interprofessionnel (ANI) de 2006.

Sachant que les organisations patronales ont quitté avec fracas le groupe de travail en septembre dernier pour faire pression sur le gouvernement, il ne faut pas s’étonner de la faible teneur des réponses gouvernementales.

A propos de cet article

Sur les auteurs

Didier Porte

DEPARTEMENT DE LA FORMATION DES MILITANTS SYNDICAUX


Formation des responsables de la Confédération
Stratégies et politiques pour la formation des militants syndicaux (CFMS)
Au titre de l’Organisation : Intersyndicales & Relations avec les autres organisations


Envoyer un message à Didier Porte

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Du 14 au 25 mai

    SOS Impôts
    Nos spécialistes sont à votre disposition du 14 au 25 mai 2018 (de 9h à 12h et de 14h à 17h, lundi (...)
  • Lundi 21 mai de 18h50 à 19h00

    France Info
    Pascal Pavageau sera l’invité de Jean Leymarie pour « L’Interview éco »
  • Mardi 22 mai de 08h00 à 09h00

    Public Sénat
    Pascal Pavageau sera l’invité de l’émission « Territoires d’Infos », présenté par Cyril (...)

Éphéméride

21 mai 1825

Mort de Henri de Saint-Simon
Sociologue français, auteur d’une doctrine dans laquelle il a exposé sa théorie de la société fondée sur le travail. Selon le saint-simonisme, l’État devrait assurer à chaque individu le développement libre de ses facultés. « À chacun selon sa capacité – disait-il – à chaque capacité suivant ces œuvres ». (...)

Sociologue français, auteur d’une doctrine dans laquelle il a exposé sa théorie de la société fondée sur le travail. Selon le saint-simonisme, l’État devrait assurer à chaque individu le développement libre de ses facultés. « À chacun selon sa capacité – disait-il – à chaque capacité suivant ces œuvres ». L’association internationale des peuples mettrait fin aux luttes sociales, abolirait la propriété privée, et l’État détiendrait les richesses de la nation et distribuerait les moyens du travail suivant les nécessités et l’intelligence de chacun. Et c’est l’association qui supprimerait l’exploitation de l’homme par l’homme et instituerait la justice universelle. Dans son livre : Parabolis, il a vivement critiqué les inégalités et les contradictions de la société. Son influence sur l’évolution des idées politiques et sociologiques était indéniable au XIXe siècle.