Le « crédit conso » n’est pas mort, prudence !

Consommation par  Michel Pourcelot

Les Français se tournent de nouveau vers le « crédit conso », mais une récente enquête de la DGCCRF, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, incite à quelque prudence.

325

Pour 325 établissements visités, il y a eu 36 avertissements, 9 injonctions et 3 procès-verbaux pénaux.

La reprise est là est-il claironné depuis des mois, même si elle patine un peu. Le pouvoir d’achat étant, quant à lui, resté en berne, les Français se sont montrés un peu plus nombreux à se tourner vers le crédit à la consommation, qui est en franche augmentation. Pourtant, en 2016 son taux de détention chez les ménages français était, avec 46,4 %, le plus bas jamais enregistré par l’Observatoire des crédits aux ménages. Constante depuis 2008, la baisse s’est donc interrompue en 2017, ce taux retrouvant presque le niveau de 2012. D’où la recrudescence d’offres. Le 22 mars, un opérateur téléphonique lançait même un crédit conso 100 % mobile.

Or, une récente enquête de la DGCCRF a montré que la réglementation n’était pas toujours scrupuleusement appliquée.

Fidélité, confusion et numérique

Elle a été menée auprès de 325 établissements, aussi bien des établissements de crédit que des intermédiaires commercialisant des crédits à la consommation directement sur le lieu de vente. Les manques concernent principalement le défaut d’information du consommateur à la souscription de contrats de crédit à la consommation et le manque de lisibilité de certaines offres de crédit, notamment lorsqu’elles accompagnent des programmes de fidélité. Ainsi ont été relevés des argumentaires commerciaux ambigus, voire trompeurs, et la non-intégration du coût de l’adhésion au programme de fidélité dans le TAEG, le taux annuel effectif global, qui intègre le coût des intérêts bancaires de base plus tous les autres frais associés à ce crédit. A aussi été pointé un défaut d’information pré-contractuelle, qui tend à s’accroître avec la pratique de la souscription sur tablettes numériques, l’emprunteur ne pouvant voir certaines clauses de l’offre de prêt ou les informations relatives au prêt étant insuffisantes par rapport à ce que prévoit la réglementation. Enfin, attention à la case « option assurance », précochée alors qu’elle est facultative. 

 

Zoom : Il court le délai...
L’enquête de la DGCCRF a relevé des pratiques consistant à transmettre tardivement des documents précontractuels ou contractuels après la signature de l’offre de prêt par l’emprunteur. Alors que le délai de rétractation, de quatorze jours calendaires, débute le jour de la signature de l’offre de contrat de crédit.

 Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Lutte contre la fraude : en progrès mais peut mieux faire

Fiscalité par  Valérie Forgeront

Qu’elle soit fiscale, douanière ou sociale, via notamment le travail illégal, la fraude affiche toujours des montants insupportables et se développe même par endroits. Si la lutte contre ce phénomène s’intensifie, chaque année la fraude induit pour les comptes publics un manque à gagner qui se chiffre en milliards d’euros.

Automobile : l’occasion fait-elle le larron ou le dindon ?

Consommation par  Michel Pourcelot

Les modèles neufs étant de plus en plus hors de prix, les particuliers se tournent en masse vers les véhicules d’occasion (VO). D’où une inflation de propositions de vente par petites annonces, la plupart sur Internet. En dehors de tout réel contrôle. Alors que les ventes de véhicules neufs aux (...)

Permis de conduire : faciliter son accès

Consommation par AFOC

Un contrat type réglementaire visant à encadrer les relations entre les candidats au permis de conduire et les auto-écoles a vu le jour. Il devrait garantir davantage de transparence pour les consommateurs.