Editorial de Michel Beaugas, Secrétaire général de l’UCR-FO : Vous nous trouverez sur votre chemin…

La Lettre de l’UCR-FO n°112 par Michel Beaugas, Union Confédérale des Retraités-FO

© F. BLANC

Le 1er septembre une délégation du bureau confédéral, menée par le Secrétaire général, s’est rendue à l’invitation du Premier ministre.

Lors de cette entrevue, nous avons fermé la porte à toutes velléités de remise en cause de notre système de retraite et avons refusé de participer à une énième concertation sur le sujet. Pour FO le véritable problème est l’accès à l’emploi pérenne dans notre pays, les carrières dites hachées, le temps partiel imposé et la faiblesse des salaires, tous ces sujets font d’ailleurs l’objet d’un appel à la grève et manifestation le 5 octobre prochain.

FO a rappelé qu’elle restait opposée à l’allongement de la durée de travail pour l’obtention de la pension à taux plein, en opposition à la petite musique gouvernementale « il faudra travailler plus longtemps et partir à la retraite plus tard ». FO a indiqué au Premier ministre sa détermination à combattre cette réforme si elle revenait d’actualité et qu’elle se dresserait sur le chemin de l’exécutif en mobilisant, au besoin par la grève, les salariés de ce pays.

En outre, l’actualité des dernières semaines a ravivé deux sujets sur lesquels Force Ouvrière continue de faire entendre son opposition, et cela dans chacune des instances où nous sommes amenés à nous prononcer. Premièrement, le transfert du recouvrement des cotisations de retraite complémentaire Agirc-Arrco vers l’URSSAF a été reporté d’un an au 1er janvier 2023, du fait du contexte de la crise sanitaire. Si le ministre chargé des Comptes publics a annoncé un « ajustement » de calendrier, la réforme est, elle, maintenue, ainsi que les menaces qu’elle représente à la fois pour les salariés des GPS et les retraités. FO reste donc fermement opposée à ce transfert, comme nous l’avions fait savoir lors de rencontres bilatérales au ministère.

Ensuite, la négociation concernant la valeur des points Agirc-Arrco a abouti sur un projet d’avenant, porté par le patronat et la CFDT, qui va à l’encontre du principe de maintien du niveau des pensions qui avait été inscrit dans l’ANI de 2019. Jugeant donc que l’esprit de l’accord n’était plus respecté, et cela alors même que notre organisation avait émis d’autres propositions permettant de pallier la baisse des réserves liée à la crise tout en respectant le pouvoir d’achat des retraités, le bureau confédéral a refusé de signer cet avenant.

Cet avenant prévoit que le conseil d’administration de l’Agirc-Arrco peut (minorer) faire varier de 0,5 point le montant de l’inflation qui sert de base au calcul de la revalorisation annuelle des pensions de retraite complémentaire, au prétexte que les retraités auraient moins perdu de pouvoir d’achat pendant la crise sanitaire que les actifs, ce à quoi, FO s’est opposée rappelant que de-puis plus de 10 ans les entreprises n’avaient plus contribué à l’équilibre du régime.

 

La Lettre de l’UCR-FO n°112 [PDF]

Michel Beaugas Secrétaire confédéral au Secteur de l’Emploi et des retraites

Union Confédérale des Retraités-FO Planning AG de l’UCR - Force Ouvrière

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.