Editorial de Philippe Pihet, Secrétaire confédéral au Secteur des Retraites : « Les masques tombent un peu plus ! »

FO Actualité Retraites par Philippe Pihet, Secteur Retraites

© F. BLANC

C’est par ces mots que notre secrétaire général, Yves Veyrier, s’est exprimé après la déclaration de madame la ministre sur le recul de l’âge de départ.

En effet depuis le 11 mars, le Premier ministre en tête, le gouvernement envoie des messages sur l’allongement de la durée d’activité ou le recul de l’âge légal.

La durée d’activité dans un régime en points ne signifie rien, quant à l’âge légal, il ne peut servir que de base de départ. Que cherche donc le gouvernement dans cette cacophonie ?

Le mantra du Haut-Commissaire à la Réforme des Retraites (HCRR) est qu’il prépare un projet politique pour redonner confiance aux jeunes générations dans la répartition...

En terme de confiance, c’est raté !

C’est un peu comme si des organisateurs d’un marathon décidaient dans les deux derniers kilomètres d’allonger la distance de 800 mètres supplémentaires.

Comme le sujet ne disparaît pas, il reste au gouvernement à trouver une autre « justification », les guillemets nous paraissent indispensables !

Et c’est ainsi que le financement de la dépendance fait son apparition. Le Premier ministre déclare que son financement pourrait passer par l’allongement de la durée d’activité.

Sans vouloir rester cantonné dans la technique, force est de constater que le rapport est pour le moins ténu. Dit autrement et si le sujet n’était pas aussi grave, cette justification est aussi crédible que l’annonce de l’ouverture d’une boucherie végane !

Encore une fois, la confédération le dit, nous ne voulons pas de cette réforme systémique, nous revendiquons le maintien de l’ensemble des régimes et dispositions qu’ils contiennent.

Sur le même sujet

Allocution du Premier ministre : aggravation de l’austérité

Retraite

L’acceptation par la France du pacte budgétaire européen et le maintien du calendrier conduisent le gouvernement à accentuer « un sérieux budgétaire » qui, dans le parler vrai, s’appelle austérité et dont l’un des éléments est le pacte de responsabilité auquel sont liés les 50 milliards d’économies.