Égalité : Un tiers des métiers devront être mixtes en 2025

Actualités par Clarisse Josselin

Article publié dans le Dossier Égalité professionnelle
© Frederic MAIGROT / REA

Saisi par le gouvernement, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a adopté un avis le 26 novembre pour féminiser les emplois masculins et inversement. Il formule vingt-neuf recommandations pour combattre les préjugés et les inégalités, dans la formation comme dans l’emploi.

L’emploi féminin se concentre dans 12 des 87 familles professionnelles. Les femmes sont rares dans l’informatique, les hommes dans les soins à la personne.

Début 2014, le gouvernement a fait de la mixité des métiers un enjeu majeur pour l’égalité professionnelle et pour satisfaire les besoins de recrutement. Il se fixe pour objectif 33 % de métiers mixtes en 2025, contre 12 % actuellement.

La section du travail et de l’emploi du CESE constate que les préjugés constituent le premier frein. Dans son avis, elle préconise la déconstruction des stéréotypes sexistes, dès l’école et dans la sphère professionnelle, par une meilleure communication et davantage de formation.

Revaloriser les salaires féminins

Elle appelle aussi les branches et les entreprises à se saisir du sujet, notamment pour améliorer la rémunération des emplois féminins, souvent plus faible, et l’articulation entre vie privée et vie professionnelle. Appelant l’État employeur à donner l’exemple, le CESE l’encourage à fixer des objectifs chiffrés de mixité pour la catégorie C et à revaloriser les grilles.

FO a voté cet avis, tout en soulignant la nécessité de mesures plus fortes sur les rythmes et les conditions physiques de travail et en émettant des réserves sur le recours aux quotas. 

 

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Tous les articles du dossier

Le chiffre de la semaine : 95%

Protection Sociale par  Michel Pourcelot

95% des femmes enceintes, actuellement ou par le passé, ayant un emploi déclarent « n’avoir reçu aucune formation sur les risques liés à l’activité professionnelle et leurs conséquences sur la grossesse ». C’est ce qui ressort d’un sondage dévoilé le 24 juin pour la fondation PremUp. « Pourtant, une (...)