Ehpad à bout de souffle : FO demande le retrait de la réforme de la tarification !

Service Public par Services publics et de Santé

Communiqué de la Fédération des personnels des services publics et des services de santé Force Ouvrière

Pour Force Ouvrière la mise en oeuvre de la réforme de la tarification issue de la Loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement du 28 décembre 2016, notamment par l’application du tout nouveau forfait départemental Dépendance, conduit les Ehpad dans les plus grandes difficultés.

Alors qu’il faudrait une juste allocation des ressources en fonction des missions et des besoins, la réforme de la tarification ne fait qu’exacerber les difficultés récurrentes que rencontre ce secteur depuis de nombreuses années.

Nous assistons aujourd’hui à la « moyennisation » des forfaits Dépendance, alors que 90% des dépenses de la section Dépendance est faite de rémunérations : psychologues, mais aussi et surtout aides-soignants, agents des services hospitaliers qui ont les rémunérations les plus faibles et pour quelle reconnaissance ?

Le problème du forfait Dépendance n’est pas réglementaire, il est politique. Au niveau de l’État comme au niveau des Départements, ce sont des choix politiques qui nous sont imposés. Ces choix sont principalement économiques : il faut réduire la sacro sainte dépense publique, au nom du pacte de responsabilité qui s’est traduit par la baisse de plus de 11 milliards pour 2015/2017 de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) que l’État verse aux collectivités, par le plan Ondam d’économies de 3 milliards. Et demain, ce sont 60 nouveaux milliards d’euros d’économies sur les dépenses publiques que le gouvernement s’apprête à prendre pour tenir le critère européen des 3% de déficit public !

Les conséquences nous les connaissons tous : nouvelles charges pour les résidents, difficultés accrues pour le fonctionnement des Ehpad et, en dernière analyse, aggravation des conditions de travail pour les agents publics, tous statuts et grades confondus.

Face à cette situation que nous dénonçons, FO se prononce contre la baisse drastique des dotations et s’oppose à la mise en place du forfait dépendance, dont les répercussions seront extrêmement graves pour les Ehpad, avec comme principale conséquence, la disparition des milliers d’emplois, ce qui est totalement inacceptable.

C’est pourquoi, FO rejette une « réforme » qui aboutirait à supprimer des emplois dans les Ehpad publics, remettant en cause la qualité et à la sécurité de la prise en charge des résidents.

Aussi, la Fédération soutient ses syndicats FO et leurs représentants qui siègent dans les instances des Ehpad, CTE, et conseil d’administration, pour revendiquer l’application du Plan Solidarité Grand Age qui prévoit un ratio d’un agent par résident !

Avec eux, la Fédération demandent le retrait de de cette réforme, le maintien de tous les postes, la préservation et l’amélioration des garanties collectives (Statuts, CCN), l’exigence de l’attribution des moyens indispensables au bon fonctionnement des établissements du secteur médico-social.

FO annoncera à la rentrée une initiative nationale pour la défense des Ehpad.

Services publics et de Santé Secrétaire général

Sur le même sujet

Les personnels de santé manifestent avec les retraités

Mobilisation par Evelyne Salamero

Les retraités étaient de nouveau des milliers à se mobiliser ce 8 octobre, à Paris et un peu partout en province, à l’appel de neuf de leurs organisations, dont l’Union confédérale des retraités-FO (UCR-FO), pour l’augmentation de leur pouvoir d’achat, mais aussi la création d’emplois à hauteur des besoins dans les Ehpad et le secteur de l’aide à domicile. Neuf organisations de santé, dont la fédération FO, ont donc appelé à se joindre à cette mobilisation.

Les personnels hospitaliers avec FO ne lâchent rien sur leurs revendications !

Service Public par Services publics et de Santé

Depuis des semaines et des mois, les conflits se succèdent dans les hôpitaux, le secteur médico-social, les Ehpad et les cliniques (Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, CHU de Nantes, de Tours, de Bordeaux, CH de Cayenne, CH du Mans, de Saint-Nazaire, du Contentin, CHS du Vinatier, CHS du Rouvray, de l’Yonne, de Sainte-Gemmes, de Saint Egrève, …).

Ce système de santé qui maltraite patients et soignants

Droits fondamentaux par Nadia Djabali

Lourd constat que nous transmet la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH). Bien qu’envié dans le monde entier, notre système de santé produit de la maltraitance à l’égard des patients, des aidants et des personnels soignants. La réduction des dépenses de santé coûte cher, affirme la Commission, qui émet trente-deux recommandations pour agir contre cette maltraitance subie par les populations les plus fragiles et les groupes les plus discriminés.