Service Public

Ehpad : les revendications ou la grève

, Françoise Lambert

Recommander cette page

Un an après une grève historique dans les Ehpad, les revendications d’une hausse des effectifs et des salaires demeurent. FO et les neuf autres organisations syndicales à l’origine de la mobilisation organisent mille réunions avec le personnel dans les Ehpad en janvier. Objectif : faire remonter les exigences des salariés au gouvernement et construire la mobilisation. En l’absence de réponse concrète, la grève sera à l’ordre du jour.

Depuis la mobilisation et la grève inédite du 30 janvier 2018, rien n’a véritablement changé dans le quotidien des personnes âgées en matière d’accompagnement, ni pour les pour personnels, constatent FO et les autres organisations à l’origine de la mobilisation historique des personnels des Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendances (Ehpad) l’année dernière.

Dans la foulée de la mobilisation, le gouvernement avait annoncé une série de mesures, dont le renforcement de la présence d’infirmières de nuit et le déblocage de 50 millions d’euros, mais ces dispositions avaient été qualifiées de « gouttes d’eau » par les représentants des salariés des Ehpad.

Pour un ratio d’un agent par résident

Alors que les conditions de vie et travail dans les maisons de retraite médicalisées continuent à se dégrader, FO et les autres syndicats du secteur sont bien décidés à faire valoir leurs principales revendications : la mise en œuvre d’un ratio d’un agent pour un résident dans les établissements, le maintien des effectifs y compris des contrats aidés, des augmentations de salaire ainsi que l’amélioration des perspectives professionnelles dans le respect du statut et des conventions collectives.

Mille assemblées générales dans les Ehpad en janvier

Les organisations syndicales réclament des mesures d’urgence. Elles ont prévu d’organiser, pendant le mois de janvier, pas moins de mille assemblées générales de personnels dans les Ehpad, pour réaffirmer leurs revendications et les faire remonter auprès du gouvernement et de l’Elysée, grâce à des motions qui seront remises au chef de l’État.

Mille réunions, cela fait environ dix réunions par département, cela permet de se saisir au plus près des revendications de l’ensemble du personnel, y compris dans de petits établissements, explique Luc Delrue, secrétaire fédéral à la fédération des Services publics et de santé FO (SPS-FO).

Bâtir le rapport de force

C’est aussi une manière de bâtir de rapport de force, ajoute-t-il. Nous avons prévu une réunion des organisations syndicales du secteur aux alentours du 30 janvier, date anniversaire de notre première grande mobilisation. Si nous n’avons pas de réponse du gouvernement, nous irons très probablement vers une nouvelle grève.

Le gouvernement est resté sourd aux revendications des salariés des Ehpad, en dépit de leur forte mobilisation depuis plus d’un an et demi. Mais FO et les autres organisations syndicales du secteur des Ehpad sont déterminées à se faire entendre. La colère des salariés des Ehpad, comme celle des gilets jaunes, est légitime, face au mépris et au refus de répondre à leurs principales revendications, estiment-elles.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Françoise Lambert

Journaliste FO Hebdo - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément