Santé

Ehpad : les salariés et leur syndicats restent mobilisés

, Françoise Lambert

Recommander cette page

FO et les neuf autres organisations syndicales à l’origine des grèves nationales et des manifestations des 30 janvier et 15 mars restent mobilisées contre la dégradation des conditions de vie et de travail dans les Ehpad. Elles doivent se revoir le 18 avril et elles ont lancé une carte-pétition qui sera adressée au chef de l’État en juin.

Après les grèves nationales des 30 janvier et 15 mars, FO et les neuf autres syndicats qui représentent les personnels des Ehpad et de l’aide à domicile n’ont pas décidé pour l’instant d’appeler à une nouvelle action nationale. Les organisations syndicales doivent se revoir le 18 avril pour faire le point.

Une carte pétition avec les revendications

Dans l’immédiat, elles ont décidé de lancer une carte-pétition, qui rappelle leurs quatre revendications phares, et qui sera adressée à Emmanuel Macron en juin.

Les syndicats, dans les établissements et les structures de services à domicile, vont faire signer la carte par un maximum de salariés et d’usagers et nous nous chargerons ensuite de faire parvenir toutes ces signatures en faveur des revendications à l’Elysée, indique Luc Delrue, secrétaire fédéral à la fédération des services publics et de santé FO.

Les quatre revendications sont l’application d’un ratio d’un agent par résident dans les Ehpad, le retrait de la réforme de la tarification, le maintien de tous les effectifs y compris les contrats aidés, et l’amélioration des rémunérations, des perspectives professionnelles et de carrières, dans le respect du statut et des conventions collectives.

Les syndicats demandent une réunion de la commission CHSCT fonction publique

Les représentants FO, CGT, CFDT, SUD et UNSA au conseil supérieur de la fonction publique hospitalière ont par ailleurs demandé le 6 avril à la ministre de la Santé, que la question des conditions de travail des agents publics travaillant dans les Ehpad, les services à domiciles, les USLD (ndlr : unités de soins de longue durée) et les hôpitaux gériatriques, soit traitée dans les plus brefs délais, au sein de la commission spécialisée CHSCT du Conseil supérieur de la fonction publique hospitalière.