Election TPE : FO se met en ordre de bataille

InFO militante par Clarisse Josselin, L’inFO militante

Les quelques 4,5 millions de salariés des petites entreprises (TPE) et des particuliers employeurs seront appelés aux urnes fin novembre. Ce scrutin, dont les résultats entreront dans le calcul de la représentativité syndicale nationale, a été caractérisé lors de la dernière élection par une abstention extrême (5.4% de participation en 2021). Le 3 juillet, la confédération a convié les fédérations et unions départementales à Paris à une réunion de préparation de la campagne qui mobilisera toutes les forces de FO pour voter et faire voter Force ouvrière un maximum d’électeurs.

Redonner à FO la place qui est la sienne, la première, tel est l’objectif de la confédération pour l’élection de représentants des salariés des très petites entreprises (TPE) de moins de 11 salariés et des particuliers employeurs des professionnelles. Elles se dérouleront du 25 novembre au 9 décembre. C’est dans cette perspective que la confédération a réuni les secrétaires généraux des unions départementales et des fédérations lors d’une réunion le 3 juillet à Paris.

La campagne sera une nouvelle fois interprofessionnelle, une formule qui permet à la fois de mutualiser les moyens et de créer une dynamique qui porte ses fruits. Cette réunion s’est calquée sur celles qui avaient été mises en place en 2022 pour les élections Fonction publique et en 2023 pour les élections dans les CSE. Un but : mobiliser les militants et adhérents pour faire gagner FO. Cela a fonctionné puisqu’en 2022, pour la première fois depuis la création de FO, nous sommes devenus la deuxième organisation syndicale de la Fonction publique, s’est félicité Frédéric Souillot, secrétaire général de la confédération. Idem pour les élections CSE où une campagne interpro a été lancée et aujourd’hui les retours sont excellents, a-t-il ajouté.

Toutes les forces de FO, du secteur privé comme du public, sont appelées à se lancer dans la bataille. Nous sommes tous concernés par ces élections qui pèsent sur notre représentativité aux niveaux national, interprofessionnel, régional et départemental. Elles jouent sur le nombre de membres dans les Ceser, le nombre de conseillers prud’hommes, a rappelé Frédéric Souillot. Militant, adhérent, chacun est donc invité à sensibiliser à cette élection dans son entourage : que ce soit son boulanger, son coiffeur, une aide à domicile, une assistante maternelle, etc. C’est un scrutin où la proximité joue un rôle important, tant ces salariés sont isolés dans des entreprises où il n’y a pas de représentation syndicale directe.

Avec un taux de participation très bas, chaque voix compte

Car ce scrutin se caractérise par un taux d’abstention énorme, de l’ordre de 94,5%. En 2021, il y a eu 257 000 votants sur 4,5 millions d’inscrits, a rappelé Cyrille Lama, secrétaire confédéral chargé de la communication. Dans ce contexte, il y a un champ des possibles. Parfois une voix permet de changer la donne. Dans cette élection chaque voix compte car le taux de participation est très bas, et il va falloir aller les chercher a renchéri Frédéric Souillot.

Une stratégie confédérale a été élaborée qui se déclinera dans chaque fédération et département qui complèteront le dispositif. Sylvia Veitl, secrétaire générale de la fédération FO de la pharmacie, a indiqué la sienne : conforter et améliorer la place de FO. Ça a payé, FO est numéro un dans la branche et veut le rester, a-t-elle assuré rajoutant 95% des salariés des pharmacies d’officine relèvent d’une TPE. A la FGTA, la secrétaire fédérale Elsa Lacoffe souhaite de son côté mettre l’accent sur les 1,3 millions de salariés du particulier employeur. Des salariés, particulièrement difficiles à approcher, trop souvent isolés. C’est donc pour représenter tous ces salariés, dans les branches, lors des négociations, dont celles sur les salaires, pour l’amélioration de leur convention collective que FO portera ses revendications.

Cette réunion a aussi été l’occasion de faire un rappel sur le calendrier. Les électeurs recevront un premier courrier fin août les invitant à se connecter sur leur espace personnel et à vérifier leurs informations personnelles. Les électeurs recevront leur matériel de vote également par courrier fin novembre. Quant aux résultats, ils seront proclamés le 19 décembre.

Mais pas question de relâcher la dynamique car après ce scrutin suivront les élections dans les chambres d’agriculture, en janvier 2025, avec une campagne déjà mise en place par la FGTA.

 

Le scrutin concerne les 4,5 millions de salariés embauchés dans les entreprises de moins de 11 salariés ou par des particuliers employeurs. Seront appelés à voter ceux qui étaient sous contrat en décembre 2023, quel que soit le type de contrat (CDI, CDD ou apprentissage) et quelle que soit leur nationalité, à condition d’avoir 16 ans révolus. Ils devront voter sur sigle syndical, via un vote électronique ou par correspondance.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

L’inFO militante Le bimensuel de la Confédération

Dans l’action Élections dans les TPE : FO aux côtés de tous les salariés