Elections professionnelles chez leroy-merlin : la chasse est ouverte

Fédération FEC-FO par Employés et Cadres

© Laurent CERINO/REA

Communiqué de la FEC-FO - Section fédérale du Commerce & VRP

Une fois n’est pas coutume, alors que les élections professionnelles sont imminentes, la direction de Leroy Merlin ouvre sa saison de chasse et laisse libre cours aux agissements antisyndicaux envers les représentants Force Ouvrière.

Montage de dossiers fallacieux, mise à l’écart et autres pressions, tout est bon pour décourager les candidats FO, allant jusqu’à leur laisser entrevoir la possibilité d’être licenciés avant les échéances électorales, tout cela aux seules fins d’affaiblir l’audience de notre organisation syndicale.

Prônant un « dialogue social de qualité », la Direction ne lie pas les faits à la parole et se plaît à dénigrer et intimider nos camarades pour les museler.

Que ce soit une alerte sur une situation préoccupante ou dangereuse pour les salariés, ou encore un travail de fond pour régler les dysfonctionnements dans l’intérêt des salariés, la direction tourne la tête et ne craint pas de reprocher à nos représentants leur investissement dans la défense des droits des salariés de l’entreprise.

Malgré des demandes de licenciement refusées par des inspecteurs du travail, lucides et réalistes sur la situation de nos camarades, malgré des décisions de justice qui condamnent l’entreprise pour discrimination syndicale ou entrave, la direction de Leroy Merlin s’obstine à vouloir réduire au silence les représentants de notre organisation syndicale.

La Section fédérale du Commerce & VRP assure son soutien à la Section Syndicale FO Leroy Merlin pour condamner ces agissements indignes et d’un autre temps d’une entreprise qui se dit responsable. La direction de Leroy Merlin doit se montrer à la hauteur de la qualité du dialogue social dont elle se prévaut !

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Inspection du travail : comment faire plus de contrôles avec moins d’effectifs

Emploi et Salaires par Nadia Djabali

Dialogue social au point mort au ministère du Travail. Les organisations syndicales sont contraintes de boycotter le comité technique ministériel pour faire entendre leur voix. Le directeur de cabinet de Muriel Penicaud qui les a reçues leur a signifié une fin de non-recevoir sur tous les points qu’elles souhaitaient évoquer. Parmi ces derniers : la baisse continue des effectifs de l’Inspection du travail alors que le ministère souhaite multiplier les contrôles.