Elections professionnelles et obligation de neutralité de l’employeur

Élections professionnelles par Secteur juridique

Durant la période électorale, l’employeur doit s’abstenir de prendre toute mesure de nature à influencer le vote. Lorsque l’employeur manque à son obligation de neutralité durant la période de propagande électorale, les élections doivent être annulées indépendamment de l’influence que ce comportement a pu avoir sur les résultats de l’élection. L’obligation de neutralité de l’employeur est, en effet, un principe général du droit électoral qui entraîne nécessairement l’annulation du scrutin en cas de violation de cette règle.

L’obligation de neutralité implique que l’employeur ne peut favoriser, même indirectement, une organisation syndicale ou un candidat par rapport à un autre. Cette obligation de neutralité s’impose à l’employeur mais également aux représentants de l’employeur, c’est-à-dire ceux dotés de pouvoirs de direction ou titulaires d’une délégation écrite d’autorité permettant de les assimiler à l’employeur.

Par exemple, l’employeur manque à son obligation de neutralité lorsqu’il :

 diffuse un tract en faveur d’un candidat ou contre les déclarations d’un syndicat ;
 laisse diffuser des tracts de candidats libres lors de la propagande électorale du 1er tour ;
 laisse diffuser un tract anonyme mettant en cause certains candidats ;
 invite les salariés à ne pas voter au 1er tour ou distribue aux électeurs des bulletins blancs ;
 traite de manière inégalitaire les organisations syndicales en laissant, par exemple, un syndicat diffuser des messages syndicaux sur la messagerie professionnelle alors que cela n’est pas autorisé. De même, l’employeur qui laisse un syndicat, le premier jour du scrutin, utiliser la messagerie du CSE pour diffuser de la propagande électorale manque à son obligation de neutralité (Cass. soc., 27-5-20, n°19-15105) ;
 critique dans un communiqué les actions du précédent CSE ou de certains membres du CHSCT précédent pour la plupart candidats aux nouvelles élections.

Attention, un employeur qui conteste en justice la présentation d’une liste de candidats dans le cadre d’un litige préélectoral ne manque pas, en soi, à son obligation de neutralité.

 

Sur le même sujet

Impacts des nouveaux textes sur le régime juridique du Comité social et économique

Les dossiers CE par Karen Gournay, Secteur Comité de groupe et Comité d’entreprise européen

Avec l’ordonnance n°2017-1386 du 22 septembre 2017, le paysage des instances représentatives du personnel (IRP) a été profondément bouleversé, compte tenu de la disparition prochaine des instances actuelles que sont le comité d’entreprise, les délégués du personnel et le CHSCT, au profit du comité social et économique (CSE).

Quid du RS au CHSCT en cas de mise en place d’un CSE ?

Représentants du personnel par Secteur juridique

Le représentant syndical (RS) au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) n’est pas prévu par le code du travail mais par l’accord-cadre du 17 mars 1975 modifié par l’avenant du 16 octobre 1984 sur l’amélioration des conditions de travail.

Résolution du Comité confédéral national de FO des 23 et 24 septembre 2020

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 23 et 24 septembre 2020, le CCN rappelle son indépendance à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques. Il réaffirme d’une façon générale son opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical, rappelant par là le préambule des statuts de la CGT-FO.