Élections professionnelles : Force Ouvrière progresse de 3700 voix dans l’Éducation nationale

Emploi et Salaires par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Le résultat des élections au comité technique ministériel de l’Éducation nationale donne 13,66 % des suffrages pour la FNEC FP-FO, ce qui est une confirmation et une consolidation par rapport aux dernières élections professionnelles de 2014.

Force Ouvrière reste la troisième organisation syndicale dans l’Éducation nationale et la première organisation confédérée dans ce secteur avec 2 sièges de titulaires et 2 sièges de suppléants au CTM.

Dans une situation marquée par la volonté des gouvernements successifs de remettre en cause la place des syndicats et de détruire la place et le rôle des comités techniques des CAP et des CHSCT, ce résultat est un cinglant démenti à tous ceux pour qui la mission du syndicat ne serait plus la défense des intérêts matériels et moraux des personnels mais l’accompagnement des politiques ministérielles.

Les salaires sont bloqués, les statuts sont pulvérisés, les retraites sont menacées et l’institution scolaire subit une avalanche de contre-réformes désastreuses qui remettent en cause tout à la fois le droit à l’instruction et à la qualification des jeunes générations et les conditions de travail des personnels qui veulent rester fonctionnaires de l’État.

Ce résultat constitue pour la FNEC FP-FO et ses syndicats un mandat : défendre les garanties statutaires de toutes les catégories de personnels, défendre l’école républicaine et ses missions.

C’est la politique du gouvernement, son mépris et son refus d’entendre les revendications qui plonge le pays dans une grave crise sociale. Aux lycéens qui refusent la sélection à l’entrée à l’université, qui refusent la réforme du baccalauréat et du lycée, le gouvernement répond par d’inadmissibles pressions et des brutalités policières. Aux enseignants et aux personnels de toutes les catégories qui refusent les fermetures de postes et la dégradation sans fin de leurs conditions de travail, il oppose une succession de projets, qui s’ils étaient menés à terme, achèveraient de démanteler l’école.

La FNEC FP-FO ne l’accepte pas et demande à être reçue d’urgence par le ministre de l’Éducation nationale.

Sur le même sujet

Le grand débat pour revenir à l’antienne de la réduction de la dépense publique !

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Étonnamment, le Premier ministre, en conclusion de la restitution du Grand débat ce matin, a retenu comme première exigence celle de « baisser, et baisser plus vite, les impôts » et y a ajouté que, selon lui, si, « les Français ont compris, avec plus de maturité que certaines formations politiques, qu’on ne peut pas baisser les impôts si on ne baisse pas la dépense publique ».

Mobilisation réussie contre la réforme des collèges

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

L’heure était une nouvelle fois à la mobilisation ce 19 mai. Plus de 50% des enseignants des collèges ont répondu à l’appel à la grève de six de leurs organisations syndicales (sur huit), à commencer par FO (deuxième syndicat dans le secondaire), contre le projet de réforme du collège. Les personnels territoriaux étaient également dans l’action, à l’appel de FO et de quatre autres organisations syndicales, exigeant notamment l’abandon du projet de réforme territoriale (loi Notre) ainsi que le retrait du pacte de responsabilité et du plan de réduction des dépenses publiques.