Élections TPE : tous les adhérents associés à la campagne FO

Elections TPE : C’est parti ! par Valérie Forgeront, journaliste L’inFO militante

Article publié dans le cadre de la campagne Elections TPE : C’est parti !

La campagne FO pour les élections TPE en 2020 ? C’est parti !, confirme la confédération. Dans le cadre de la préparation à ce scrutin qui se déroulera du 23 novembre au 6 décembre et dont le résultat servira notamment à affiner le calcul de la représentativité des organisations syndicales, Force Ouvrière a prévu diverses actions.

Affichage, réunions dans les UD, tractage auprès de salariés et d’apprentis des CFA, distributions d’objets estampillés FO (écoresponsables et de fabrication française) adjoints à des explications syndicales, installation de stands FO-TPE dans dix départements à l’occasion du passage de la caravane du Tour de France, insertion d’articles dans la presse et sur les réseaux sociaux, stands sur les marchés... Voilà quelques-unes des actions programmées par FO dans le cadre de la campagne pour les élections de 2020 dans les TPE, ces deux millions de très petites entreprises comptant chacune moins de onze salariés. Ce travail, d’abord de sensibilisation et d’information puis de propagande et d’appel au vote, est mené de concert par la confédération, les unions départementales et les fédérations. Afin d’étudier et d’approfondir les initiatives que lance FO, une réunion se tiendra d’ailleurs à la confédération le 24 mars prochain, veille de Comité confédéral national.

Le nombre de votants pour FO pourrait être multiplié par dix

Visant à renforcer sa visibilité pour les 4,5 millions de salariés des TPE et particuliers-employeurs (soit 20 % de l’emploi salarié en France), FO ira à leur rencontre, eux qui ne maîtrisent pas forcément la connaissance de leurs droits. Il s’agit en effet de leur montrer que l’organisation les défend, est à leurs côtés en cas de conflit avec l’employeur (plus de 80 % des recours aux prud’hommes viennent de salariés de TPE). Il s’agit aussi de prouver à ces salariés – dont près d’un quart sont payés au Smic – la pertinence des revendications de FO, par exemple sur le plan salarial. FO revendique ainsi une augmentation du Smic à 1 432 euros net par mois mais aussi, entre autres, que toutes les heures supplémentaires soient rémunérées. Pour que les revendications fassent résonance chez les salariés des TPE lesquels, selon les statistiques, accèdent moins que les autres à la formation professionnelle, il faut aussi les informer du combat que mène FO pour la formation, la création de parcours de proximité sur mesure. Il faut rappeler encore la revendication d’une prime de transport pour tous, souligner aussi le travail de négociation réalisé au niveau des branches professionnelles ainsi que la lutte pour obtenir des dispositions spécifiques TPE sur la prévoyance, la santé, la sécurité. Pour la dynamique de cette campagne, les adhérents FO doivent être partie prenante, notamment en sensibilisant leur entourage. Selon ses besoins, chacun fréquente forcément un jour ou l’autre un salon de coiffure, une épicerie, une assistante maternelle, une petite entreprise de plomberie, un cabinet dentaire, une librairie, une boulangerie, un magasin de chaussures... Ces structures et bien d’autres sont en général des TPE et elles comptent donc des salariés qui seront des électeurs lors du scrutin prévu du 23 novembre au 6 décembre 2020. Si un adhérent FO sur deux amenait quelqu’un de son entourage à voter, le nombre de votants pour FO pourrait être multiplié par dix, indique Roxane Idoudi, secrétaire confédérale chargée du développement, un des quatre secteurs de la confédération particulièrement mobilisés pour cette campagne. L’InFO militante, journal de la confédération, proposera quant à elle régulièrement des articles, des reportages ou encore des portraits de salariés de TPE.

Plus dans la campagne Elections TPE : C’est parti !
Tous les articles de la campagne

La FGTA-FO revendique la reconnaissance « de l’état de nécessité sociale » pour les salariés précaires des hôtels et restaurants

Toute l’actualité par FGTA-FO

Mardi 26 mai 2020 à Paris, Rouen, Nantes, Dijon, Toulouse, Nice se sont déroulés des rassemblements de protestation de salariés issus notamment de la restauration et de l’hôtellerie qui sont parmi les plus durement frappés par la crise du COVID-19. Les salariés de ces secteurs d’activités comptaient déjà avant la crise parmi les plus précaires.