Elle se bat bec et ongles pour sauver la médecine scolaire

Portrait par Evelyne Salamero

Médecin de l’Éducation nationale, Lise-Marie Testau, secrétaire générale adjointe du syndicat FO de ce corps de fonctionnaires très mal en point, entend bien faire ce qu’il faut pour remettre le malade sur pied.

Discrète, elle parle plus facilement de son métier que d’elle-même. Un métier qui manifestement la passionne et qu’elle défend « bec et ongles », comme elle le dit. Lise-Marie Testau, 56 ans, est médecin scolaire depuis 1992 et a vu les conditions d’exercice de sa profession se dégrader au fil des lois de finances. Secrétaire générale adjointe du Syndicat FO des médecins de l’Éducation nationale (SmedEN FO), elle était dans la rue le 22 mars avec ses collègues.

Parce que nous avons un rôle crucial à jouer en matière de prévention

900

C’est le nombre de médecins scolaires (emplois à temps plein titulaires) en France pour 12 millions d’élèves.

À ceux qui s’étonneraient de la voir défendre encore avec obstination une profession en voie de disparition, elle répond : C’est parce que je suis convaincue de l’intérêt de mon travail. Nous avons un rôle crucial à jouer pour la prévention, à l’interface des familles, de l’Éducation nationale et du secteur de la santé. Nous devons nous battre pour que la médecine scolaire prenne toute sa place, une place indispensable face aux problèmes de la jeunesse, surtout actuellement, et des familles. C’est pour cela que je me bats bec et ongles pour défendre les missions et le statut.

C’est aussi ce que Lise-Marie Testau dit aux jeunes stagiaires, qui sont parfois prêts d’abandonner avant même d’avoir vraiment commencé tant ce qu’ils découvrent les horrifie, et dont elle entend le découragement.

Elle les entend, elle les comprend, parce que, comme elle le rappelle, les médecins, s’ils nous habituent à les voir déployer une énergie hors du commun, ne sont pas des surhommes, juste des êtres humains. D’où certainement sa deuxième conviction : Je pense que pour se battre il n’y a pas d’autre voie que le syndicat, pour s’organiser collectivement. 

Evelyne Salamero Ex-Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Fonction publique : une grève, des revendications et une solidarité public-privé

Journée d’actions du 22 mars par  Valérie Forgeront

Infirmières, enseignants, personnels des collectivités territoriales, des préfectures, de la sécurité sociale, policiers, agents des finances, de l’Equipement… Ils étaient ce 22 mars des centaines de milliers d’agents publics (fonctionnaires et contractuels) à défiler à Paris et en province dans les quelque 180 cortèges organisés dans le cadre de la grève dans la fonction publique.

Pascal Pavageau : « L’école doit retrouver le chemin de l’égalité républicaine »

Éditoriaux de FO par Pascal Pavageau

En ces jours de rentrée scolaire, la Confédération apporte son soutien plein et entier à toutes celles et ceux qui font vivre l’école de la République. Une école aujourd’hui fragilisée, territorialisée et morcelée, aux moyens insuffisants et disparates : une école dont les contre-réformes successives ont fait l’un des symboles du désengagement de l’État.