ELM Leblanc : l’inquiétude des salariés sur leur devenir

Fédération FO Métaux par Métaux

Communiqué de FO Métaux

L’entité ELM Leblanc, l’une des sociétés du Groupe Bosch, a annoncé une restructuration lors du CSE Central du 11 février, suivi des réunions extraordinaires des 3 et 4 mars. En regardant les chiffres de plus près, il apparaît clairement que cela risque d’aller beaucoup plus loin et que cette « restructuration » n’est que le faux-nez d’un futur PSE.

Les organisations syndicales ont eu droit à une présentation sur le doublement du chiffre d’affaires et sur le démarrage de négociations sur l’avenir des usines, des services Supports et des bureaux d’études, et pour terminer et enfoncer le clou, la recherche d’une seconde usine (low cost ?) à l’implantation indéfinie p pour la fabrication de ballons actuellement réalisée par le site de Saint-Thégonnec en Bretagne.

Notre organisation, aux côtés des salariés, a relevé de nombreuses incohérences soulevées par le rapport présenté aux membres du CSE Central sur la véracité des chiffres, ainsi qu’une absence p de stratégie industrielle, sans oublier des produits qui arrivent en fin de vie. Les représentants FO ont demandé un plan d’action. A la place, ils n’ont eu que les « rêves les plus fous » de la direction, comme une projection commerciale d’un doublement du chiffre d’affaires à l’horizon 2027 alors que les salariés ne savent déjà pas ce qu’ils vont devenir demain !

Alors que la crainte d’un PSE est dans toutes les têtes et malgré la colère et la pression face au risque de perdre leur emploi, les salariés du site de Drancy, qui ont accompagné et soutenu la délégation FO avant la rencontre avec la Direction le 4 mars, se sont montrés dignes et solidaires !

La Direction souhaite précipiter et bâcler les négociations afin de pousser les organisations syndicales à la faute et parvenir à un accord avec, pour commencer, une modération salariale qui n’est évidemment pas acceptable pour notre organisation.

FO Métaux, organisation majoritaire chez ELM Leblanc France, demande une première concession : avant de demander aux petits salaires de baisser le leur, que les dirigeants montrent l’exemple ! Ensuite, elle ne revendique pas seulement de la clarté et le rétablissement d’un dialogue social loyal et constructif, mais exige aussi le maintien des emplois ELM Leblanc en France, qui ne doivent pas être sacrifiés au nom de la seule logique financière.

La Fédération FO de la Métallurgie, toujours au côté des salariés et des équipes FO dans leurs actions pour le maintien des emplois et des sites en France, ne lâchera rien dans ce dossier, alors que rien ne justifie ce plan qui ne dit pas son nom et dont seuls les salariés paieront le prix.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Marie Brizard : le fighting spirit paye

Toute l’actualité par  Michel Pourcelot

Face à un plan social aux conditions médiocres, une intersyndicale s’était constituée au sein de la société de spiritueux Marie Brizard (MBWS, soit Marie Brizard Wine & Spirits). Suite à des négociations infructueuses, cinq jours de grève ont amené à des négociations qui ont permis d’obtenir des avancées notables.