Alerte :
Du 30 mai au 3 juin 2022 : XXVe Congrès confédéral à Rouen

Emplois : de Smart à INTEVA en passant par GGB… La relance passe par la sauvegarde des industries et des emplois

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Sebastien CALVET/REA

Le Premier ministre met l’accent sur ce qu’il appelle les territoires. Or, ces jours derniers, sont confirmées plusieurs annonces de fermetures de sites industriels dont les conséquences seraient désastreuses, non seulement pour les salariés des entreprises mais pour les bassins d’activité et d’emplois concernés.

La confédération FO apporte ainsi son soutien aux 1600 salariés de l’usine Smart à Hambach (Moselle) appelés à la grève et à une manifestation vendredi 24 juillet à Sarreguemines pour le « maintien des emplois industriels sur le site ». Après l’annonce du transfert en Chine de la fabrication de la SMART, le groupe Daimler abandonne ce site, où était promis le maintien des emplois dans le cadre de la fabrication d’un autre modèle, et alors que cette entreprise a bénéficié d’importantes aides publiques et que les salariés avaient déjà subi, dans le passé, une augmentation du temps de travail sans augmentation de salaire.

Dans le même département, c’est à Dieuze que l’entreprise GGB annonce l’arrêt de l’activité de son usine (88 salariés), fabricant des paliers pour l’industrie automobile notamment, alors qu’elle fonctionne à pleine activité.

Dans le département voisin, à St Dié des Vosges, c’est un établissement de l’entreprise INTEVA (241 salariés), fabricant de serrurerie automobile, qui est menacé de fermeture également. Là aussi, les salariés avec leurs syndicats, bien décidés à préserver leurs emplois et l’activité industrielle, étaient en grève ce mardi 21 juillet, ne comprenant pas que la logique de rentabilité financière l’emporte (le groupe INTEVA, qui possède trois sites en France, est en effet parmi les repreneurs mais pour deux sites seulement et 344 salariés sur 680 au total).

Le Secrétaire général, Yves Veyrier, a saisi systématiquement le Ministre de l’économie, des finances et de la relance, de ces situations comme, malheureusement bien d’autres, tandis que la fédération FO de la métallurgie et les unions départementales et syndicats FO interpellent à la fois les entreprises clientes et les pouvoirs publics locaux. Alors que se tient aujourd’hui une réunion avec les ministres concernés sur le plan de relance, le Secrétaire général de FO appelle le gouvernement à y intégrer la nécessité d’agir fermement afin de sauvegarder ces sites industriels comme d’autres, et donc les activités et les emplois concernés dont dépendent les économies locales, en responsabilisant strictement les entreprises et groupes bénéficiaires d’aides publiques.

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Barème des prud’hommes : réaction de Force Ouvrière

Communiqués de FO par Yves Veyrier, Frédéric Souillot, Secrétaire général de Force Ouvrière

La décision rendue ce jour par la Cour de cassation concernant le barème des indemnités prud’homales n’entame en rien le bien-fondé de la contestation portée par FO au regard de la convention 158 de l’OIT. FO renouvelle sa ferme opposition à ce barème impératif, destiné principalement à sécuriser les employeurs. Pour FO, la réparation doit, en toutes circonstances, être à la hauteur du préjudice réellement subi par le salarié et le juge doit pouvoir disposer d’une totale liberté pour fixer le montant des dommages et intérêts.

Pour la libération immédiate des syndicalistes biélorusses !

Communiqué de FO par Marjorie Alexandre, Secteur Europe - International

La Confédération Force Ouvrière (FO) a pris connaissance de l’arrestation et de la mise en détention le 19 avril 2022, d’au moins quatorze syndicalistes et leaders syndicaux biélorusses, notamment de la confédération biélorusse BKDP – dont son président Aliaksandr Yarashuk et vice-président Siarhei Antusevich - affiliée à la Confédération Syndicale Internationale (CSI), et de plusieurs de ses fédérations.