Communiqué de Force Ouvrière

Energie : la transition passe à côté

, Pascal Pavageau

Recommander cette page

Trois ans après l’ouverture du débat sur la transition énergétique et trois ministres plus tard, l’Assemblée Nationale adopte finalement une loi basée sur le tryptique : rigueur budgétaire, impératifs dogmatiques et injustices sociales.

Les quelques mesures positives retenues, sur la rénovation des bâtiments pour une meilleure efficacité énergétique, sur la lutte contre le gaspillage à travers la promotion du concept d’économie circulaire ou encore sur la fin de l’obsolescence programmée des produits, n’effacent pas les injustices sociales. A nouveau, les salariés et les ménages vont connaître une hausse des coûts de l’énergie, une multiplication de taxes environnementales injustes par nature au détriment de l’impôt et l’absence de mesure sociale. A titre d’exemple, FO dénonce le risque d’enterrement du « chèque énergie » censé portant permettre de dépasser la limitation au gaz et à l’électricité de l’aide publique en faveur des 11,5 millions de personnes en situation de précarité énergétique (face à 8 millions il y a 5 ans).

Rigueur budgétaire sur une loi sans moyen public où FO dénonce les volontés décentralisatrices en clair-obscur et réaffirme son attachement à l’égalité républicaine garantie notamment par la péréquation des tarifs de l’électricité et du gaz. Décentralisation et privatisation (des concessions hydrauliques notamment) ne feront qu’augmenter les tarifs de l’énergie.

Enfin, impératifs dogmatiques, car sans étude d’impact préalable, l’objectif de réduction de 50 % de la consommation d’énergie en 2050 est tant idéologique qu’inatteignable. Il répond d’une logique de décroissance et interdit toute relance industrielle, pourtant indispensable. Dans ce cadre, la création d’un plafond de production d’électricité nucléaire est quelque peu malhonnête : cette manœuvre, frôlant l’inconstitutionnalité, n’a d’autre but que de servir des intérêts privés et politiciens en trouvant un moyen de fermer une ou des centrales. Paradoxe, au moment d’accueillir la COP 21, que de s’attaquer aux moyens ayant permis à la France d’être un des pays les moins émetteurs de gaz à effet de serre en Europe !

Pour FO, il est temps d’arrêter de tâtonner dans l’obscurité : la préservation de notre indépendance énergétique passe par une intervention stratégique publique majeure au service du développement d’un mix d’énergies, renouvelables ou décarbonées, favorisant l’innovation et les emplois. L’électrochoc attendu n’est pas au rendez-vous car à vouloir une transition vers l’inconnu, on passe à côté.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Pascal Pavageau

Secrétaire confédéral - Secteur économique


Economie - Fiscalité - Services publics - Stratégie, politiques et filières industrielles - Développement durable et politiques environnementales


Envoyer un message à Pascal Pavageau

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mercredi 24 janvier de 07h37 à 07h45

    France 2
    Jean-Claude Mailly sera l’invité des « 4 Vérités » sur France 2.

Éphéméride

23 janvier 1898

Agression contre Jaurès à la Chambre des députés
Au moment où le grand tribun prononçait un discours à propos de l’affaire Dreyfus qui passionnait alors l’opinion publique, le comte de Bernis, député réactionnaire, saisissait l’occasion pour dire à Jaurès : « vous êtes l’avocat du syndicat ». L’orateur socialiste lui riposta aussitôt : « M. de Bernis vous (...)

Au moment où le grand tribun prononçait un discours à propos de l’affaire Dreyfus qui passionnait alors l’opinion publique, le comte de Bernis, député réactionnaire, saisissait l’occasion pour dire à Jaurès : « vous êtes l’avocat du syndicat ». L’orateur socialiste lui riposta aussitôt : « M. de Bernis vous êtes un misérable et un lâche » ! C’est alors que se produisit un indescriptible tumulte, Gérault-Richard intervint et gifla de Bernis en lui disant : « Vous êtes un gredin » ! Nouvelle bousculade au cours de laquelle de Bernis se vengea en frappant Jaurès à la nuque. La stupeur et l’indignation provoquèrent une bagarre pendant laquelle de Bernis fut durement malmené. Les députés de gauche et d’extrême-gauche témoignèrent aussitôt une manifestation de sympathie envers Jaurès.