Alerte :
Du 30 mai au 3 juin 2022 : XXVe Congrès confédéral à Rouen

Énergie : les entreprises, premières aidées

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

© Laurent GRANDGUILLOT/REA

F ace à la flambée des prix de l’énergie provoquée par la guerre en Ukraine, l’exécutif a dégainé, le 16 mars, son « plan résilience », incluant 6,8 milliards d’euros de mesures dont 4 milliards pour les seules entreprises. Elles complètent celles du « bouclier tarifaire », qui limitent depuis l’automne l’impact, sur les ménages et les entreprises, de la hausse des prix du gaz et de l’électricité, pour un coût estimé à 20 milliards d’euros.

Parmi les nouveautés, la principale mesure (3 milliards d’euros) vise les sociétés énergivores qui verront prise en charge, du 1er mars à fin 2022, la moitié du surplus de dépenses de gaz et d’électricité, jusqu’à 25 millions d’euros par société. Deux mille rempliraient les conditions d’accès : des dépenses d’énergie pesant au moins 3 % du chiffre d’affaires, en hausse de 40 % depuis la guerre et générant des pertes en 2022. S’y ajoutent des aides pour les agriculteurs, transporteurs, pêcheurs, pour 0,5 à 1 milliard d’euros.
Carburants :

une aide à visée électorale

Dans ce plan, l’exécutif intègre également la remise de 15 centimes hors taxe par litre sur le prix à la pompe de tous les carburants, annoncée le 12 mars et visant  tous les Français, professionnels inclus. Le coût de cette mesure non ciblée, d’une durée de quatre mois, qui entrera en vigueur le 1er avril, donc quelques jours avant le premier tour de la présidentielle, a été réévalué à 2,8 milliards d’euros.

C’est autant que le surplus de TVA encaissé par l’État à la suite de la hausse du prix d’un plein. Mais ce qui se veut une redistribution reste limité, alors que la flambée des prix des carburants impacte particulièrement les ménages les plus modestes et les ruraux, qui par ailleurs ne reçoivent aucun autre soutien public, contrairement aux entreprises. Par cette mesure ponctuelle, l’exécutif élude aussi une réforme de la fiscalité indirecte sur les produits pétroliers, qui pèse plus de 50% sur le prix des carburants.

Elie Hiesse Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.