Énergies : retrouver raison et la voie de la souveraineté

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

© Jean-Luc Boiré

Hausse des prix, risque de coupures tournantes d’électricité cet hiver, injonction continue à la sobriété énergétique, sites nucléaires à l’arrêt pour certains, appel à la rescousse du charbon…
Après une année 2022 marquée par une crise énergétique sans précédent, 2023 s’annonce aussi difficile mais très stratégique pour la France, qui doit redéfinir sa feuille de route pour les cinq prochaines années. Pour FO, saisissant à pleine main la question de la transition énergétique, la crise doit être l’occasion d’une refondation de la filière française de l’énergie : par la recherche de complémentarité entre toutes les ressources, par une planification sur vingt-cinq ans des différents moyens de production d’énergie décarbonée et la création d’un Pôle public nationalisé de l’énergie décarbonée, pour la mettre en œuvre.

Nouveau coup dur pour le pouvoir d’achat des salariés français. 2023 débute par l’explosion de leur facture d’énergie, en raison du réajustement du bouclier tarifaire mis en place en 2021 par l’exécutif pour contenir les conséquences de la flambée des cours des prix du gaz et de l’électricité dans le contexte d’inflation et de guerre en Ukraine. La note est salée, entre la fin de la « remise carburant » de 10 centimes par litre, le relèvement de 15 % du tarif réglementé du gaz et, en février, de 15 % de celui de l’électricité. Autre peine, la menace de pénurie et de coupures d’électricité tournantes, agitée depuis l’automne, n’est pas totalement écartée. RTE (l’opérateur national de transport d’électricité) reste prudent : son dernier bilan abaisse le niveau de risque de élevé à moyen pour la première partie de janvier. Sous réserve, cependant, que les Français continuent à faire des efforts de sobriété énergétique (ne pas chauffer à plus de 19°C, éteindre leurs appareils non utilisés,...), comme les y enjoint l’exécutif. Complet retournement au pays du nucléaire : voilà les petits éco-gestes individuels devenus les garants de pouvoir passer l’hiver, au chaud et éclairé !

Explosion de 189 % de la facture énergétique française

Cette situation inédite, qui interroge la souveraineté énergétique française, a de multiples raisons. Conjoncturelle : l’envolée des prix du pétrole et du gaz, qui est liée à la guerre en Ukraine et aux conséquences des sanctions à l’égard de la Russie (premier fournisseur de l’Europe de l’Ouest), n’a pas épargné la France qui ne produit aucune de ces trois énergies fossiles et importe la quasi-totalité de sa consommation. Sa facture énergétique a flambé de 187 %, à 96 milliards d’euros en 2022, a appris la commission d’enquête parlementaire, en cours, sur les raisons de la perte de souveraineté énergétique. Rien de surprenant : les produits pétroliers représentent 42 % de l’énergie finale consommée par les Français, le gaz 20 % et le charbon 1 %. Le reste relève de la production nationale, notamment l’électricité qui représente 25 % de l’énergie finale consommée. Exception tricolore, celle-ci est produite à plus de 92 % par des sources n’émettant pas de gaz à effet de serre, parmi lesquelles le nucléaire à 69 %, l’hydraulique à 12 %, l’éolien et le solaire à 10 %.

Autre secousse : ce volume total d’électricité décarbonée a dévissé en 2022, alors qu’il était globalement stable depuis les années 2000 selon RTE. Car le nucléaire a manqué à l’appel. En septembre, 28 des 56 réacteurs exploités par EDF étaient à l’arrêt pour maintenance programmée ou travaux (problèmes de corrosion sous contrainte sur certains réacteurs). La production d’EDF, déjà descendue de 430 à 361 térawattheures (TWh) entre 2005 et 2021, en raison d’opérations de maintenance et de la fermeture définitive en 2020 des deux réacteurs de 900 MW de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), a chuté d’un nouveau palier, à 280 TWh en 2022. Le plus bas seuil depuis trente ans, équivalent à près de 60 % de la capacité de production théorique du parc !

La France, historiquement exportatrice d’électricité, contrainte d’en importer

Un séisme n’arrivant jamais seul, les barrages ont souffert de la sécheresse. Avant même les pics de l’été, EDF constatait que la production d’électricité hydraulique – étale depuis trente ans – était inférieure de 23 % à celle de 2021. Mais impossible de s’appuyer, pour suppléer, sur le solaire et l’éolien : bien qu’en progression continue depuis le milieu des années 2000, ces productions représentaient à peine 51,1 TWh en 2021, à elles deux. Il est vrai qu’elles auraient dû être plus élevées. Sauf que, parmi tous les États membres de l’Union européenne, la France est le seul à ne pas avoir atteint en 2020 l’objectif de porter à 23 % la part d’énergies renouvelables dans sa consommation finale brut d’énergie...

Face au scénario du pire, l’exécutif, qui avait fait fermer depuis 2021 trois des quatre unités encore actives de production d’électricité à partir du charbon et programmé la fermeture des autres ou leur conversion, afin de tenir son engagement de sortie du charbon d’ici 2022, a décidé de rouvrir la centrale mosellane de Saint-Avold. Pour six mois, officiellement. Autre béquille, la France, historiquement exportatrice d’électricité depuis la construction de son parc nucléaire (mis en service entre la fin des années 1970 et le début des années 2000, NDLR), a dû acheter de l’électricité. Elle qui fournissait les pays voisins en quantité (40 à 60 TWh net exportés annuellement ces dix dernières années) est devenue importatrice d’électricité sur les onze premiers mois de 2022 (15 TWh importés).

L’échec révélé de la libéralisation du marché européen

Ajoutez-y le renchérissement brutal des prix de l’électricité et le tableau est complet. La flambée historique des tarifs sur les marchés de gros (de 50 euros du MWh début 2021 à plus de 1 600 euros en décembre), si elle est liée à la guerre en Ukraine, est surtout une conséquence de la libéralisation du marché pour FO. La crise ukrainienne a montré, en amplifiant ses effets, le danger du système énergétique global voulu par la Commission européenne et validé depuis quarante ans par les gouvernements français, dénonce Alain André, secrétaire général de FO-Énergie et Mines. Dans l’esprit de ses promoteurs, le passage à un seul marché intégré était censé, par le jeu de la concurrence, assurer un prix juste aux consommateurs. Le résultat est inverse ! Face aux critiques, la présidente de la Commission européenne a annoncé une réforme structurelle du marché de l’électricité.

Presque tous les objectifs déclarés de la dérégulation de l’énergie ont échoué, appuie le militant FO. Mais les dégâts sont connus. La dérégulation a ouvert la porte à une multitude de fournisseurs privés, concurrents des opérateurs historiques, lesquels ont été éclatés, filialisés, voire privatisés. En France, l’ouverture totale à la concurrence, effective depuis 2007, a été assortie de mécanismes complexes, servant surtout les intérêts privés. Ainsi, l’obligation faite à EDF de céder à ses concurrents 25 % de sa production, alors qu’ils n’ont pas l’obligation de produire d’énergie (loi Nome de 2010). Ainsi, la création en 2015 du dispositif d’accès régulé à l’électricité nucléaire historique (Arenh), lequel permet aux concurrents d’EDF d’accéder à sa production à un prix régulé de 42 euros le MW, resté fixe pendant dix ans et donc en dessous du coût de production. Une mesure censée leur permettre d’investir dans les moyens de production, mais restée sans effet. Sauf sur les comptes d’EDF, plombés en 2021 à hauteur de 8 milliards d’euros…

L’énergie n’est pas un bien de consommation comme un autre, martèle le secrétaire général de FO-Énergie et Mines, pour qui la crise doit être l’occasion d’une refondation de la filière française de l’énergie, saisissant à pleine main la question de la transition énergétique, par la recherche de complémentarité entre toutes les ressources. Pour la fédération, cela passe déjà par un changement radical des principes de fonctionnement du marché européen de l’énergie et, en France, notamment par une planification sur vingt-cinq ans des différents moyens de production d’énergie décarbonée et la création d’un « Pôle public nationalisé de l’énergie décarbonée ». La fédération s’en explique dans un quinze pages envoyé cet automne à tous les parlementaires. Car 2023 s’annonce stratégique pour la France, qui doit adopter, d’ici l’été, la nouvelle Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), autrement dit son plan, sur cinq ans, d’objectif de production et de consommation.

Elie Hiesse Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Dérégulation du marché européen de l’énergie constat, analyse, propositions

L’Ires, un institut de recherches au service des organisations syndicales par Énergie et Mines

Ces derniers mois, toute l’inefficacité et le danger du système énergétique global voulu par la Commission européenne et validé par les différents Gouvernements français depuis ces quarante dernières années, ont été mis au grand jour.
Loin de reconnaître leurs erreurs de stratégies, nos (...)

Fermeture anticipée de la centrale de Fessenheim

Emploi et Salaires par Énergie et Mines

Le Comité Central d’Entreprise a été convoqué unilatéralement par la direction le 14 septembre 2016 dernier pour une séance extraordinaire engageant l’entreprise dans la phase 1 du processus de consultation visant la fermeture anticipée du CNPE de Fessenheim .

Projet nucléaire d’EDF au Royaume-Uni : Il est urgent d’attendre !

Communiqué de FO Énergie et Mines par Énergie et Mines

Le ministre Emmanuel Macron est venu vendredi apporter son soutien au projet d’EDF Hinkley Point au Royaume-Uni.
C’est manifestement le signe de la fébrilité qui monte autour d’un dossier que la grande majorité du personnel d’EDF, cadres dirigeants compris, considère comme risquant, en (...)