Enfin une vraie négociation sur les salaires dans la branche de l’intérim

Intérim par Employés et Cadres

Article publié dans le cadre de la campagne Intérim

A la demande de FO Intérim, une négociation sur les minimas salariaux a été ouverte dans la branche du travail temporaire, avec la présidence d’un représentant de l’État.

Pour rappel, depuis 2015, aucune négociation sur ce sujet n’a abouti pour les salariés permanents !

Les projets d’accords sur les salaires présentés par FO ne pourront plus être ignorés !

FO revendique une avancée sociale majeure pour les CDI-IR

Force Ouvrière a combattu le CDI intérimaire, qui constitue un sous-contrat qui fragilise les intérimaires, mais également l’ensemble des salariés. Par ce contrat, les intérimaires notamment sont privés de 21% de leur rémunération par rapport aux intérimaires en contrat de travail temporaire. Ils se paient leur intermission, et parfois n’ont pas droit à une rémunération de cette intermission. Leur prise de congés leur est imposée. Le législateur, piétinant la victoire juridique de notre organisation, a consacré le CDI intérimaire dans le Code du travail. Dès lors, Force Ouvrière s’est fait un devoir d’améliorer les droits des salariés.

C’est pourquoi Force Ouvrière qui a été la première organisation à revendiquer la négociation des salaires des intérimaires en CDI (CDI-I)

Il existe pour ce contrat 2 types de rémunérations :

1. La rémunération mensuelle minimale. L’intérimaire en CDI négocie à l’embauche une rémunération minimale, le plus souvent le Smic. Force ouvrière revendique que l’ancienneté soit prise en compte, et que cette rémunération minimale soit majorée dans les conditions suivantes :

Revendications FO
CDII – Salaire mensuel minimal
(en % du salaire de base défini dans le contrat de travail)

Ancienneté Majoration
6 mois +1%
1 an +1%
1 an et 6 mois +1%
2 ans +0,5%
3 ans +0,5%
4 ans +0,5%
5 ans +0,5%

2. La rémunération pendant les missions. Force Ouvrière a revendiqué et obtenu depuis 2013 le maintien du principe d’égalité de traitement. Elle fait du maintien de ce principe une condition essentielle. Par ce principe, l’intérimaire est rémunéré comme tout salarié embauché par l’entreprise utilisatrice pour une activité déterminée.

Ce principe n’empêche pas de majorer la rémunération de l’intérimaire pendant les missions. C’est précisément la revendication de Force Ouvrière, la majoration du taux horaire pour chaque mission au regard de l’ancienneté dans le CDII.

Revendications FO
CDII – rémunération des missions
(en % du salaire de base défini dans la lettre de mission)

Ancienneté dans le CDII Majoration dans le cadre d’une lettre de mission en cours Majoration dans le cadre d’une nouvelle lettre de mission
6 mois +1% +1%
1 an +1% +2%
1 an et 6 mois +1% +3%
2 ans +1% +4%
3 ans +1% +5%
4 ans +1% +6%
5 ans +1% +7%
A la conclusion du CDII, l’intérimaire ne bénéficie pas d’une majoration d’ancienneté. Pour toute lettre de mission au cours des 6 premiers mois, il ne bénéficie « que » du principe d’égalité de traitement.

PERTE DES IFM ET PAS DE RECONNAISSANCE DE L’EXPÉRIENCE : FO NE PEUT ACCEPTER UNE TELLE INJUSTICE ET REVENDIQUE DEPUIS 2 ANS UNE PROGRESSION SOCIALE ET SALARIALE DANS LE CDII ! COMMENT PEUT ON ÊTRE EN CDI ET NE PAS AVOIR UNE ANCIENNETÉ COMPTABILISÉE ! QUEL(LE) SALARIÉ(E) POURRAIT ACCEPTER CA !

Employés et Cadres Secrétaire Général

Plus dans la campagne Intérim
Tous les articles de la campagne