Entrepreneur de la destruction, artisans de la démolition : le gouvernement contre la Fonction publique

Service Public par Fonctionnaires, Postes et Télécommunications, Services publics et de Santé

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Communiqué de l’Union interfédérale des agents de la Fonction Publique FO

Le 19 juin 2018, le gouvernement a invité les organisations syndicales à la séance d’ouverture du quatrième chantier intitulé « Comment proposer aux agents un accompagnement renforcé dans leurs transitions professionnelles et faciliter la mobilité ».

Après le rendez-vous salarial du lundi 18 juin au cours duquel le gel de la valeur du point d’indice a été confirmé, le gouvernement annonce ouvrir un chantier sur la gestion de la fin d’activité des fonctionnaires dont les postes seront supprimés.

Ainsi, il souhaite appliquer à la Fonction publique l’idée de transition professionnelle, vieille recette libérale des RH des années 1980 qui pourrait être définie comme une articulation savante de périodes de formation, d’emploi, de mobilité, voire de chômage, subies par les agents.

Ce nouveau chantier s’articule logiquement avec les trois premiers :

  • Fusion CT/CHSCT, transformation des CAP en commission de recours ;
  • Renforcement du recours aux contrats ;
  • Nouvelle politique de rémunération (mérite).

Le gouvernement poursuit avec détermination son programme de destruction du Statut général des fonctionnaires.

Force ouvrière ne cautionne pas et ne cautionnera jamais la démolition libérale de la fonction publique par le gouvernement Macron-Philippe qui conduirait à détérioration du Service public.

C’est pourquoi FO Fonction Publique ne participera pas ce jour à cette mascarade de dialogue social.

Fonctionnaires Secrétaire général

Postes et Télécommunications Secrétaire général

Services publics et de Santé Secrétaire général

Sur le même sujet

Fonctionnaires : une colère que le gouvernement se doit d’entendre

Service Public par Valérie Forgeront

« Retrait de la réforme », « sauvons l’hôpital public », « hausse générale des salaires », « maintien du statut », « non au régime universel de retraites par points, maintien du code des pensions »…. Autant de revendications et bien d’autres entendues ce 9 mai à l’occasion de la journée nationale de grève et de manifestations dans la Fonction publique. Une journée d’actions lancée à l’appel des neuf organisations représentatives dont FO-Fonction publique et avec le soutien de la Confédération FO et de son secrétaire général, Yves Veyrier, lequel a pris part au cortège parisien.