Communiqué de FO

États dépressifs en France : La santé au travail également en cause

, Serge Legagnoa

Recommander cette page

L’agence sanitaire Santé Publique France, avec son Baromètre santé 2017, révèle un état de santé psychique délétère en France, et en dégradation. Si elle considère que la prévention et la prise en charge des états dépressifs doit s’imposer comme des priorités de santé publique, elle rappelle pourtant que les troubles dépressifs sont responsables de 35 à 45% des arrêts de travail.

Pour Force Ouvrière, cela illustre avec grande acuité les conséquences de la dégradation des conditions de travail, de sa précarisation et du manque de moyens humains et financiers alloués à la prévention. Des négociations sur la santé au travail vont s’ouvrir, il ne pourra être question d’ignorer les conséquences de la détérioration de la qualité du travail sur les états dépressifs des travailleurs. En conséquence, ces négociations ne peuvent cantonner les risques psycho-sociaux à une seule problématique de santé publique. La question de la qualité du travail est primordiale pour pouvoir améliorer la santé globale des travailleurs.

Pour Force Ouvrière, il faut cesser la stigmatisation des statuts des travailleurs, allant de pair avec l’accélération de la destruction des droits collectifs. Seul un statut protecteur peut être garant d’un travail de qualité. FO refuse une société du chacun-pour-soi, de l’individualisme à outrance en matière de protection sociale : la santé au travail et les risques professionnels doivent demeurer intégralement une garantie collective organisée par les interlocuteurs sociaux.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Serge Legagnoa

Secrétaire confédéral au Secteur de la Protection Sociale Collective


  • Protection sociale collective et Sécurité Sociale
    - Accidents du travail & Maladies professionnelles
    - Assurance maladie
    - Famille
    - Prévention – Sécurité & Santé au travail
    - Recouvrement
  • Relations avec les partenaires

Envoyer un message à Serge Legagnoa

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

20 novembre 1975

Mort du dictateur Francisco Franco
Karl Wolff, Heinrich Himmler, Franco et Serrano Súñer à Madrid, octobre 1940. Au terme d’une agonie qui aura duré près d’un mois, le général Francisco Franco Bahamonde meurt à 4 heures du matin le 20 novembre 1975. La mort du général dictateur libère l’Espagne de 36 ans de dictature. Son successeur (...)
Karl Wolff, Heinrich Himmler, Franco et Serrano Súñer à Madrid, octobre 1940.

Au terme d’une agonie qui aura duré près d’un mois, le général Francisco Franco Bahamonde meurt à 4 heures du matin le 20 novembre 1975. La mort du général dictateur libère l’Espagne de 36 ans de dictature. Son successeur désigné, le prince Juan Carlos de Bourbon remplit déjà les fonctions de chef de l’état depuis le 30 octobre en raison de l’état de santé de Franco.
Le dictateur avait pris le pouvoir après une guerre féroce contre la république. En 1936, alors qu’une immense espérance prenait en France son essor, le glas commençait à sonner pour une République en Espagne. Proclamée en 1931, elle devait succomber en trois ans, de 1936, année du Front populaire, à 1939, sous les coups conjugués de la Phalange et de ses alliés, notamment l’Allemagne dirigée par Hitler.