Etats généraux de l’alimentation

Communiqué de l’AFOC par AFOC

Agriculture et prix des produits alimentaires : oui à une meilleure répartition de la valeur… mais pas au détriment du consommateur.

Alors que les ateliers des États généraux de l’alimentation ont démarré leurs travaux à la fin du mois d’août, il est attendu que ceux consacrés à la répartition de la valeur des produits alimentaires dégagent des solutions pour revaloriser les revenus des agriculteurs, dont 1 sur 4 vit actuellement sous le seuil de pauvreté.

Avant le début des travaux, l’AFOC mettait en garde contre un écueil possible des discussions sur ce sujet, à savoir que les représentants des agriculteurs, des industries agroalimentaires et des distributeurs s’accordent sur une meilleure répartition de la valeur… par une hausse des prix pour le consommateur !

Alors qu’une augmentation du seuil de revente à perte est envisagée, l’AFOC tient à ce que les consommateurs ne payent pas en bout de chaîne la poursuite d’un modèle qui maintient (ou augmente !) les marges des plus grands acteurs de la transformation et de la distribution et qui dans le même temps, tire vers le bas les revenus des agriculteurs prisonniers d’un système agricole productiviste soumis à la concurrence mondiale.

Pour l’AFOC, si tous les agriculteurs et éleveurs de France doivent pouvoir vivre dignement de leur travail, l’affichage de cet objectif légitime ne doit pas aboutir à une augmentation générale des prix, et notamment des produits alimentaires, qui pèserait encore plus lourd dans le budget des foyers les plus modestes.

 Voir en ligne  : AFOC - Site internet

AFOC Association Force Ouvrière Consommateurs - AFOC

Sur le même sujet

Formation professionnelle dans la branche avigole, enfin une vraie politique de branche

Toute l’actualité par FGTA-FO

Les récentes fermetures et baisses d’activité qui ont frappé la filière avicole ont conduit de nombreux salariés sur le marché du travail. La spécialisation professionnelle et l’ancienneté de la majorité d’entre eux constituent un frein à leur reconversion. C’est la raison pour laquelle la FGTA-FO a toujours milité en faveur de l’instauration d’une politique de formation pilotée paritairement par les partenaires sociaux de la branche.

La FGTA-FO n’est pas signataire du pacte de responsabilité dans l’agriculture

Communiqué de la FGTA-FO par FGTA-FO

Sur ce thème, nous vous rappelons la position de Force Ouvrière exprimée par la voix de son Secrétaire général Jean-Claude Mailly qui rappelle que : Demander que soient fixées des contreparties « emploi » au niveau des branches sur des aides fiscales et sociales de caractère général est illusoire, voire (...)

Vente de Néovia pour 1,5 milliard d’euros !

Agriculture par FGTA-FO

Des dirigeants quittant le navire, des emplois menacés, voilà l’avenir tracé par Invivo pour sa filiale Neovia (8 421 salariés en 2017 dont 1 180 en France, présents dans 28 pays, 75 sites industriels, 11 centres de recherches).