Communiqué de FO

Être ou ne pas être réac’ : Telle est la question iconoclaste

, Serge Legagnoa

Recommander cette page

© Richard DAMORET/REA

Alors que le projet de budget pour la Sécu est actuellement en cours d’amendement à l’Assemblée nationale, Force Ouvrière s’étonne de la caricature faite de l’ensemble des professionnels de santé. Après la mise en cause de leur éthique au sujet des arrêts maladie, voici l’amendement qualifié d’innovant, iconoclaste, consistant à créer un forfait de réorientation vers la « ville » des personnes se présentant aux urgences hospitalières, et issu d’un milieu bien éloigné du terrain, incapable de se rendre compte de l’absurdité d’une telle proposition.

Au-delà des nombreuses critiques pertinentes déjà communiquées, Force Ouvrière rappelle un fait : quand bien même l’on chercherait à désengorger les urgences en les incitant financièrement à renvoyer ailleurs des patients se présentant chez elles, l’établissement se retrouverait malgré tout pénalisé, par ailleurs, puisqu’il demeure sous la coupe budgétaire de l’Objectif national de dépenses d’assurance maladie (Ondam), un objectif de dépenses fixé en deçà des besoins en santé et en grande partie à l’origine de l’absurdité de notre modèle de tarification des soins. L’avis récent du Comité d’alerte des dépenses d’Assurance maladie nous ramène toujours à cette dure réalité que la santé est avant tout une question non pas humaine mais budgétaire.

Force Ouvrière est véritablement iconoclaste : elle condamne l’hégémonie de la question économique en santé, érigée en dogme auquel nous devrions tous nous soumettre. La souffrance des soignants est réelle et la dégradation des conditions d’exercice continue : c’est la qualité du travail, donc des soins qui en pâtit, qui conduit et conduira encore trop souvent à des situations dramatiques. Pour FO, l’occasion est unique de pouvoir améliorer les conditions de travail, donc d’exercice, des professionnels de santé et améliorer durablement notre système de santé. Choisir de rembourser la dette de l’État au lieu d’investir dans la santé, est doublement irresponsable, et nous en paierons tous les conséquences à terme.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Serge Legagnoa

Secrétaire confédéral au Secteur de la Protection Sociale Collective


  • Protection sociale collective et Sécurité Sociale
    - Accidents du travail & Maladies professionnelles
    - Assurance maladie
    - Famille
    - Prévention – Sécurité & Santé au travail
    - Recouvrement
  • Relations avec les partenaires

Envoyer un message à Serge Legagnoa

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

13 novembre 2002

Le pétrolier Prestige lance un appel de détresse
Le 13 novembre 2002, le pétrolier Prestige, en avarie au large des côtes de Galice, demande une évacuation d’urgence de son équipage. Une tentative de sauvetage parvient à éviter l’échouement du navire, mais pas sa cassure en deux et son naufrage par plus de 3000 m de fond. Cela provoque la troisième (...)

Le 13 novembre 2002, le pétrolier Prestige, en avarie au large des côtes de Galice, demande une évacuation d’urgence de son équipage. Une tentative de sauvetage parvient à éviter l’échouement du navire, mais pas sa cassure en deux et son naufrage par plus de 3000 m de fond. Cela provoque la troisième grande marée noire vécue par la Galice, après celles de l’Urquiola (1976) et de l’Aegean Sea (1992). C’est en même temps, la troisième marée noire par du fuel lourd dans les eaux européennes en moins de 4 ans, après celles de l’Erika (1999) et du Baltic Carrier (2001).