Examen du permis de conduire : pourquoi l’Etat nous ment ?

Communiqué du SNICA-FO par FEETS FO

Les premières mesures de la réforme du permis de conduire sont à peine déployées… que les auto-écoles ne sont déjà plus en capacité de répondre à l’offre en places d’examen proposées par l’administration.

Voilà la réalité à laquelle sont confrontés aujourd’hui les inspecteurs du permis de conduire : les plannings de ces fonctionnaires d’état se vident inexorablement et des milliers de places sont perdues !

Pourtant les chiffres les plus incroyables circulent. Les candidats attendraient en moyenne 98 jours et ils seraient de 2 à 4 millions, selon certains, à espérer une date de passage de l’épreuve.

Quatre millions, c’est ni plus ni moins que la totalité des jeunes entre 18 et 22 ans !

Alors pourquoi un tel écart entre le discours du Gouvernement et la réalité des faits ?

Parce que plus le mensonge est gros, plus il passe….

La jeunesse, prétendue priorité du quinquennat, ne doit pas être dupe : cette réforme du permis n’est pas faite pour eux, mais contre eux.

Elle s’inscrit uniquement dans une politique d’austérité dont tous les citoyens subissent les effets pervers, et se résume à saborder, coûte que coûte, un service public qui fonctionne.

Privatiser demain l’examen de conduire, c’est augmenter son coût, c’est bafouer les intérêts de la jeunesse !

Etre républicain, c’est préserver le service public ; c’est respecter ses agents et ses usagers.

Halte au mensonge et à l’hypocrisie de circonstance ! Retrait de la réforme Cazeneuve-Macron !

FEETS FO ÉQUIPEMENT, ENVIRONNEMENT, TRANSPORTS ET SERVICES

Sur le même sujet

Entre manipulation des statistiques et rêve de business

Délais d’attente au permis de conduire

C’est bien connu, on fait dire aux chiffres ce que l’on veut : ainsi, depuis quelques mois, les données publiées par l’Administration servent les ambitions d’un ensemble d’organisations patronales d’auto-écoles.

Un facteur aggravant de la fracture territoriale

Service Public par Mathieu Lapprand

L’ ouvrage de la Confédération Il faut sauver le service public est publié alors que les nombreux plans de réorganisation et de réduction de l’administration sur les territoires ces dernières années ont mis au jour des fractures territoriales de plus en plus béantes.
Face à la volonté du gouvernement (...)

Le 9 avril, se faire entendre par le gouvernement

L’Éditorial de Jean-Claude Mailly par Jean-Claude Mailly

Après une accalmie au mois de janvier, les chiffres du chômage sont repartis à la hausse en février (+ 0,4 %, soit 12 800 chômeurs supplémentaires dans la catégorie A).
Cela montre que même s’il y a, selon le gouvernement, quelques indicateurs économiques qui frémissent, cela ne se traduit pas par une (...)