[Exposition] « Chagall, le passeur de lumière »

Culture par Christophe Chiclet, L’Info Militante

Chagall à Metz

L’exposition « Chagall, le passeur de lumière » est présentée au Centre Pompidou-Metz jusqu’au 30 août. Marc Chagall n’était pas qu’un grand peintre.

Il a aussi réalisé des vitraux. À la fin de sa vie, il déclarait : Un vitrail est une séparation transparente entre mon cœur et le cœur du monde. C’est quelque chose qui élève et exalte l’âme. C’est la perception de la lumière qui donne la vie. C’est dans les années 1950, de retour de son exil aux États-Unis durant la guerre, qu’il approche le travail du vitrail, d’autant qu’il faut restaurer des édifices endommagés par les bombardements. De confession juive, Chagall considère la Bible comme, écrit-il, la plus grande source de poésie de tous les temps.

Il va donc s’atteler à conserver un aspect interreligieux avec la représentation essentiellement de figures de l’Ancien Testament et donc des références à la tradition juive. Cette exposition est conçue en partenariat avec le musée Marc Chagall de Nice où elle sera présentée en fin d’année. Elle était initialement programmée pour les 800 ans de la cathédrale de Metz, une célébration prévue en 2020.

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Beaubourg : la culture Duchamp

Exposition par  Michel Pourcelot

Sa rétrospective inaugura le Centre Pompidou en 1977. Aujourd’hui, il y revient avec une exposition majeure : Marcel Duchamp. La peinture, même. Entretemps, il est devenu l’une des clés de l’art contemporain.

De l’importance d’être Wilde

Exposition à Paris par  Michel Pourcelot

Première exposition à jamais être consacrée à l’écrivain, Oscar Wilde. L’impertinent absolu est à voir au Petit Palais à Paris jusqu’au 17 janvier 2017. Bien plus qu’impertinent, Wilde (1854-1900) fut surtout pertinent dans ses attaques incisives de l’hypocrisie victorienne et sa défense de l’individu face à l’uniformisation.

[Exposition] L’Asie se fait peur au Quai Branly

Culture par  Michel Pourcelot

L’exposition « Enfers et Fantômes d’Asie », présentée jusqu’au 15 juillet au Musée du Quai Branly, à Paris, permet de découvrir les multiples créatures effrayantes nées au cœur de l’Asie. Elles en hantent encore les arts, du cinéma aux mangas en passant par l’art contemporain et les jeux vidéos.