[Exposition] : Dessine moi un mouton

Culture par Christophe Chiclet, L’Info Militante

Le Musée des Arts décoratifs à Paris expose pour la première fois en France le manuscrit et les dessins originaux du célèbre conte d’Antoine de Saint-Exupéry, Le petit prince publié en avril 1943.

Ce livre culte a été écrit et publié à New-York en avril 1943. Le manuscrit original, dont des chapitres inédits, ainsi que plusieurs dessins, appartiennent donc à la Morgan Library Museum qui y veille jalousement et qui n’avait pas jusqu’à aujourd’hui accepté que ces trésors reviennent définitivement en France. Pour Anne Monier Vanryb, du Musée des arts décoratifs de Paris : Il n’y a aucune chance. D’abord parce qu’il ne s’agit pas d’une spoliation. Ensuite, parce que le racheter représenterait une somme faramineuse que nous n’avons pas.

L’exposition présente 600 documents, textes et aquarelles, mais aussi des extraits de films des années 1930, glorifiant les aviateurs qui défiaient le Sahara ou la Cordillère des Andes. Vendu à 200 millions d’exemplaires, Le Petit Prince s’écoule toujours à 5 millions chaque année de par le monde.

D’où vient ce « Petit Prince » dont Saint-Ex ne connaîtra pas l’incroyable succès de librairie ? Fin décembre 1935, avec son mécanicien André Prévot, il participe à un raid aérien Paris-Saïgon. Au-dessus du désert de Libye, leur avion Caudron percute une dune. A court de vivres et d’eau, ils partent à pied dans le désert de Cyrénaïque où ils croisent des petits renards des sables, animal essentiel dans Le Petit prince. Après trois jours d’errance, les deux aviateurs sont sauvés par des Bédouins le 1er janvier 1936. Le conte philosophique verra le jour quelques années après.

Saint-Ex : aviateur, écrivain, poète, peintre et reporter

Antoine de Saint-Exupéry, né en 1900, est mort tragiquement et mystérieusement le 31 juillet 1944. Il fut aviateur, écrivain, poète, peintre et reporter. Dès 1922, il obtient son brevet de pilote. En 1926, il rejoint Latécoère et participe à l’aventure de l’aéropostale, transportant le courrier vers l’Afrique et l’Amérique du sud. Mais il fait aussi des reportages au Viêt-Nam en 1934, à Moscou en 1935 et en Espagne en 1936 durant la guerre civile. En novembre 1940, il quitte la France et rejoint New-York. En avril 1943, il intègre l’armée de l’air américaine en Tunisie. Comme pilote de reconnaissance il quitte une base aérienne corse le 31 juillet 1944 car le débarquement allié de Provence est prévu pour le 15 août. Mais il disparaît en pleine mer au large de Marseille. Abattu par la chasse allemande (peu probable), défaillance technique de son appareil ou crise cardiaque, car l’homme n’était pas en bonne santé. L’histoire ne le dit pas.

Le 8 janvier 1929, André Gide avait écrit à son ami Jean Paulhan, un des grands pontes de la NRF-Gallimard pour lui recommander « le jeune Antoine de Saint-Exupéry ». À l’époque Saint-Ex n’a publié que deux ouvrages : L’Aviateur et Courrier sud. En 1931, il va publier Vol de nuit, préfacé par Gide et couronné par le prix Fémina. D’autres écrits suivront donc le magnifique Terre des hommes qui recevra le Grand prix de l’Académie française.

 

« A la rencontre du petit prince », Musée des Arts décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris. Du mardi au vendredi de 11h à 18h, jeudi de 11h à 21h, samedi, dimanche de 11h à 20h. Tarifs de 10 à 14 euros. Jusqu’au 26 juin 2022.

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Beaubourg : la culture Duchamp

Exposition par  Michel Pourcelot

Sa rétrospective inaugura le Centre Pompidou en 1977. Aujourd’hui, il y revient avec une exposition majeure : Marcel Duchamp. La peinture, même. Entretemps, il est devenu l’une des clés de l’art contemporain.

De l’importance d’être Wilde

Exposition à Paris par  Michel Pourcelot

Première exposition à jamais être consacrée à l’écrivain, Oscar Wilde. L’impertinent absolu est à voir au Petit Palais à Paris jusqu’au 17 janvier 2017. Bien plus qu’impertinent, Wilde (1854-1900) fut surtout pertinent dans ses attaques incisives de l’hypocrisie victorienne et sa défense de l’individu face à l’uniformisation.