Culture

[Exposition] L’Asie se fait peur au Quai Branly

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

L’exposition « Enfers et Fantômes d’Asie », présentée jusqu’au 15 juillet au Musée du Quai Branly, à Paris, permet de découvrir les multiples créatures effrayantes nées au cœur de l’Asie. Elles en hantent encore les arts, du cinéma aux mangas en passant par l’art contemporain et les jeux vidéos.

Continent qui fait peur, l’Asie a ses propres frayeurs. Car il n’y pas que Macao qui possède son enfer : Chine, Japon et Thaïlande sont peuplées de créatures surnaturelles qui nécessitent des mesures protectrices. Profitant sans doute du commerce international, elles se sont introduites dans les bâtiments du Musée du Quai Branly, le temps, paraît-il, d’une exposition intitulée « Enfers et Fantômes d’Asie ». À moins qu’elles n’étaient qu’assoupies parmi les quelques 55 000 pièces asiatiques que comptent les collections du Musée. Quoi qu’il en soit, le but de cette exposition est de montrer leur omniprésence dans les arts du spectacle, le cinéma et la bande dessinée.

Vampires sauteurs chinois et éventreurs laotiens

Dans la galerie du Jardin du musée, le visiteur se devra de slalomer entre vampires sauteurs chinois, éventreurs laotiens et, entre autres, femmes-chats vengeresses, qui se faufilent entre les époques et les supports artistiques : peintures bouddhiques, estampes d’Hokusai, mangas d’horreur, cinéma et même art contemporain. Le but est de montrer comment cet aspect de la culture populaire en Asie est apparu dans les arts et la littérature, notamment à partir du Xe siècle jusqu’à leur adaptation par la création contemporaine, explique le commissaire de l’exposition et conservateur des collections Asie au musée du quai Branly. Ames sensibles s’abstenir. La visite est plutôt réservée aux plus de 12 ans. Les jeudis 5 et 12 juillet, l’exposition sera accessible exceptionnellement jusqu’à minuit...

 

« Enfers et Fantômes d’Asie », jusqu’au dimanche 15 juillet 2018 au Musée du Quai Branly, 37 quai Branly et 218 rue de l’Université 75007 Paris. Tél. : 01 56 61 70 00. Tarifs : de 7 à 10 €.