Culture

[Exposition] « Rouge couleur de l’engagement »à Saint-Emilion

, Christophe Chiclet

Recommander cette page

Le château La Dominique, une des plus grosses propriétés viticoles des grands crus de Saint-Émilion, continue son approche de l’art contemporain autour de la couleur rouge – de son précieux breuvage –, mais cette année autour du rouge en politique. Étonnant, voire détonnant.

Cette propriété, une des plus belles et des plus riches, s’est fait construire un nouveau cuvier en 2012. Les propriétaires des grands vins de Bordeaux se font une farouche concurrence dans la construction de leurs nouveaux cuviers-chais en faisant appel aux plus grands architectes de la planète. La Dominique s’est carrément payé les services de Jean Nouvel, rien que ça ! Ce dernier a donc mis en évidence le rouge, couleur de ce grand vin, avec au-dessus du cuvier un restaurant gastronomique dont la terrasse est faite de galets de verre, eux aussi rouges.

La concurrence se fait aussi au niveau du mécénat et des expositions d’art contemporain. L’an dernier La Dominique avait présenté une exposition d’artistes avec pour thème « Le rouge des villes et des forêts ». Cette année, la propriété a choisi un thème iconoclaste pour ce monde très fermé et très riche des grands crus : « Rouge couleur de l’engagement ». Aussitôt on pense au drapeau rouge, à la couleur de la sociale, de la révolution !

Le sang du peuple

Pour Guillaume de Sardes, le commissaire de l’exposition : C’est une exposition politique dans le sens étymologique du terme. Le premier drapeau rouge a fait son apparition lors de l’insurrection républicaine de juin 1832 à Paris, mais il est vraiment devenu l’emblème des travailleurs et du socialisme lors de la révolution ouvrière de juin 1848 puis de la Commune de Paris en 1871. L’URSS et la Chine en ont fait leur drapeau national. Mais le rouge n’appartenant à personne, il est aussi la couleur de Force Ouvrière.

L’exposition présente quatorze artistes avec leurs peintures, dessins, céramiques, photos, vidéos, installations. Paradoxe, la photo du mexicain Manuel Alvarez Bravo (1902-2002), ami d’André Breton, prise en 1934 et donc en noir et blanc. Elle montre un ouvrier mexicain gréviste assassiné. Pas besoin de couleur pour comprendre que la grosse tache grise foncée est le rouge de son sang. Mike Bouchet expose « Jacuzzi for Robert Mugabe », une baignoire remplie du sang des opposants du dictateur du Zimbabwe, récemment renversé. Jean Pierre Raynaud montre sa sculpture, un panneau électoral peint en rouge avec des bulletins blancs accrochés. Plus extravagant, l’installation de Jérémy Gobé, « La liberté guidant la laine », une immense tapisserie, clin d’œil au tableau de Delacroix, immortalisant les Trois glorieuses, les journées révolutionnaires de 1830. Exposition à déguster sans modération !

Petits conseils pour les amateurs de bons vins rouges, à quelques kilomètres de Saint-Émilion, dans le libournais et le sauveterrois voisins, on peut trouver des vins quasiment aussi bons qu’à Saint-Émilion, mais de 10 à 50% moins chers. A consommer avec modération…

 

Jusqu’au 25 août au château La Dominique, Saint-Émilion, Gironde. Visites sur rendez-vous à 10, 15 et 17 heures, 05 57 55 20 73 ; 15 euros, dégustations comprises.