Extension de la Garantie jeunes, une annonce qui ne coûte pas cher

Emploi et Salaires par Mathieu Lapprand

Article publié dans le Dossier Loi Travail

Afin de calmer la fronde montante de la jeunesse, le gouvernement a annoncé le 14 mars l’extension de la Garantie jeunes. Ce dispositif, mis en place par l’État, est cofinancé par le Fonds social européen (100 millions d’euros en 2015). Piloté par les missions locales, il concerne les jeunes âgés de 16 à 25 ans « qui vivent hors du foyer de leurs parents ou au sein de ce foyer sans recevoir de soutien financier de leurs parents, qui ne sont ni étudiants, ni en formation, ni en emploi ».

Manifestations à Paris le 9 mars 2016 contre le projet de loi Travail El Khomri. Photographies : F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0 - flickr.com/force-ouvriere

Ces jeunes sont sélectionnés par une commission. Ils perçoivent chaque mois jusqu’à 461 euros d’allocation (dégressive), sous condition de présence, de recherche de stages et de temps d’activité. Dans un premier temps, ces jeunes bénéficient d’un dispositif de cinq semaines d’accompagnement et de découverte d’entreprises. Et dans un second temps, ils passent quatre-vingts jours en stage, emploi aidé ou en formation.

La généralisation du dispositif coûterait donc près de 4 milliards d’euros

Manuel Valls a affirmé que le coût du dispositif serait de 418 millions d’euros en 2016 pour 100 000 jeunes suivis (50 000 en 2015). Or 847 000 jeunes de moins de 25 ans sont actuellement sans emploi, sans étude et sans formation selon les chiffres d’Eurostat. La généralisation du dispositif coûterait donc près de 4 milliards d’euros, une somme qui n’est évidemment pas budgétée à ce jour… Et par ailleurs, les missions locales ne sont pas dimensionnées pour assumer cette généralisation annoncée. 

Mathieu Lapprand Journaliste à L’inFO militante

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

Développement de la culture du dialogue social : Abstention de Force Ouvrière sur l’avis du Conseil économique, social et environnemental

Communiqué de FO



Force Ouvrière s’est abstenue sur le vote de cet avis, objet d’une saisine gouvernementale en plein débat sur le projet de loi travail.

Le fait d’avoir obtenu, d’une part, le rappel à l’exemplarité de l’État sur l’application à l’article L1 du Code du travail et, d’autre part, de revoir la rédaction de (...)

[Vidéo] Manifestation 31 mars contre la loi travail : Jean-Claude Mailly pense « qu’ils seront plus nombreux »

Public Sénat le 29 mars 2016 par Jean-Claude Mailly

Le 9 mars dernier, lors des premières manifestations contre la loi Travail, FO avait estimé à 500 000 les manifestants dans toute la France. Jeudi 31 mars, « ils seront plus nombreux » prédit Jean-Claude Mailly. « C’est ce qui me remonte au sein de Force Ouvrière, des départements… Il y a des (...)