Faut-il démembrer le soldat Areva ?

Revue de presse par Michel Pourcelot

Quel avenir pour Areva, avec un plan de redressement sur les rails, une énorme dette et des pertes colossales, de près de cinq milliards d’euros, ostensiblement affichées fin février ? L’intérêt marqué d’entreprises chinoises, mais aussi d’Engie, soit GDF Suez fraichement rebaptisé, a été récemment mis en exergue dans les médias. Nouvelle occasion pour ces derniers de s’interroger sur la radiosité du « leader mondial du nucléaire » et de le passer aux rayons X.

Libération
Pour le mieux sauver bien sûr, faut-il donc démembrer le soldat Areva ? Une hypothèse qui a provoqué un « tir de barrage des puissants syndicats de l’énergie contre le projet de reprise de l’activité réacteurs d’Areva par son client EDF. Vendredi, au lendemain d’un comité de groupe où ce schéma a été présenté par la direction d’Areva, l’intersyndicale (CFDT, CGT, CFE-CGC, FO, Unsa) a martelé son opposition "à un démantèlement du groupe par cession totale ou partielle" d’Areva NP à EDF. Depuis l’annonce d’une perte abyssale de 4,8 milliards d’euros pour 2014, le géant nucléaire envisage de céder le contrôle de son activité de fabrication de réacteurs à l’électricien. EDF n’était pas vraiment candidat, mais l’État actionnaire (87% d’Areva et 84% d’EDF) pousse ce schéma ».

Le Journal du Dimanche
Car l’étranger rôde. « Ils sont là. Incontournables et indispensables. Les industriels chinois tournent autour de l’industrie nucléaire française, en pleine restructuration. Et au premier chef, autour d’Areva ».

L’Usine nouvelle
Peut-être pour quelque 20 milliards de bonnes raisons. « Même si l’administration américaine devait poser cette année la question du renouvellement d’un accord de coopération (sino-américain sur le nucléaire) arrivant à échéance, on ne peut que constater le hasard étonnant qui fait que cette question est posée deux semaines après les révélations qui ont mis le projet EPR en difficulté. Le montant de 20 milliards de dollars évoqué par Westinghouse pour le contrat potentiel autour de 26 réacteurs AP1000 supplémentaires en Chine rend peut-être ce hasard un peu moins étonnant ». Surtout dans le cadre d’un poker nucléaire à haute tension.

Le Figaro
Avenir radieux ? Sans doute pas pour les salariés : « l’essentiel de la tâche va consister à tailler dans l’emploi, "avant tout sur la base du volontariat" comme l’état-major du groupe l’avait promis début mars. Il a déjà annoncé 1 500 suppressions de postes en Allemagne. En France, le plan sera présenté mercredi (6 mai) aux syndicats. Les plus optimistes veulent croire qu’on ne dépassera pas une fourchette de 1 000 à 2 000 emplois, qui peut cependant sembler très faible au regard de la tourmente que traverse actuellement l’entreprise. Un partenaire du groupe craint même que cette fourchette puisse doubler ». En attendant, le cours de l’action Areva remonte.

Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

FO refuse l’atomisation de la filière nucléaire civile

Centrales par Evelyne Salamero

« Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage »… Le fameux proverbe s’appliquerait-il aussi au nucléaire ? Plusieurs indices le laissent soupçonner.
L’anomalie de fabrication de la cuve du réacteur de la centrale nucléaire en cours de construction à Flamanville (Manche) défraye la chronique. La cuve a été (...)

Crise Areva : Pour FO les annonces sont suicidaires et inacceptables

Communiqué de la Fédéchimie FO - Nucléaire par Fédéchimie

Voici les grandes lignes de ce qui a été annoncé ce matin aux coordinateurs syndicaux Areva (de 8h00 à 10h00) : suppression de 3 000 à 4 000 emplois Areva en France en 3 ans (sur un effectif d’environ 28 000), si possible au volontariat ; baisse de 15% des dépenses (y compris masse salariale) ; (...)

Areva : l’emploi sévèrement touché

Emploi et Salaires par Françoise Lambert

Le groupe nucléaire Areva a annoncé le 7 mai la suppression prochaine de 5 000 à 6 000 emplois dans le monde, dont 3 000 à 4 000 en France. Après avoir enregistré une perte record de 4,8 milliards d’euros l’an dernier, la multinationale, forte de 44 000 salariés dans le monde dont 29 000 salariés en France, (...)