Faut-il être européen pour gagner le Tour ?

Le Tour en questions

Article publié dans le cadre de la campagne Tour de France 2015

Un Italien, Vincenzo Nibali, en 2014 ; deux Britanniques, Christopher Froome et Bradley Wiggins, les deux années précédentes... Un rapide coup d’oeil dans le palmarès du Tour permet de constater qu’il vaut mieux être européen pour gagner la Grande Boucle. D’ailleurs, les chiffres viennent confirmer cette impression : 36 succès pour la France, 18 pour la Belgique, 12 pour l’Espagne, 10 pour l’Italie… En fait, en 101 éditions il n’y a que quatre Tours qui ont échappé à un coureur du Vieux continent ! C’est Greg LeMond, en 1986, qui a montré la voie, après 72 éditions remportées par des Européens. L’Américain a récidivé en 1989 et en 1990. Puis il a vu son compatriote Lance Armstrong remporter 7 éditions d’affilée, de 1999 à 2005, avant de toutes les perdre après ses aveux de dopage... Enfin, en 2011, l’Australie a succédé à l’Amérique avec la victoire de Cadel Evans.

Plus dans la campagne Tour de France 2015
Tous les articles de la campagne

Tour de France 2015

Tour de France 2015

Une fois encore, les participants à la Grande Boucle sont sur les routes. Mais le Tour de France ce n’est pas qu’une course sportive, c’est un événement annuel populaire et pour Force Ouvrière, qui y participe depuis plus de trente ans, un événement (...)

Le Tour Focus : Ça bosse dur

Tour de France 2015

Mur de Huy, Mûr-de-Bretagne, Mende ou encore Plumelec : jamais le Tour n’avait proposé autant d’arrivées au sommet de courtes côtes que sur cette édition 2015. Un choix délibéré de l’organisateur pour diversifier et dynamiser la course.
C’est une petite révolution, en tout cas une sacrée évolution. Le (...)

Le Tour est-il toujours arrivé sur les Champs-Élysées ?

Le Tour en questions

Eh non ! Si le Tour de France s’est toujours achevé, depuis 1903, à Paris, ce n’est qu’en 1975 qu’il a tracé son ultime ligne d’arrivée sur les Champs-Élysées, pour ne plus déménager ensuite. Pendant plus d’un demi-siècle, c’est sur l’ancien vélodrome du Parc des Princes que la Grande Boucle se terminait. Car (...)