Fermeture anticipée de la centrale de Fessenheim

Emploi et Salaires par Énergie et Mines

Rassemblement du 14 septembre 2016 à Levallois Peret (92). Photo : F. Blanc - CC BY-NC 2.0

Communiqué de FO Énergie et Mines

Le Comité Central d’Entreprise a été convoqué unilatéralement par la direction le 14 septembre 2016 dernier pour une séance extraordinaire engageant l’entreprise dans la phase 1 du processus de consultation visant la fermeture anticipée du CNPE de Fessenheim .

Cette unité est reconnue par l’Autorité de Sûreté Nucléaire comme l’une des trois meilleures centrales françaises en termes de Sûreté Nucléaire, de lourds investissements de l’entreprise et de ses salariés ayant permis d’atteindre ce niveau.

À l’heure où la France a besoin de se réindustrialiser dans le cadre d’une lutte efficace contre le chômage, il est clair que ce site industriel est sacrifié par le pouvoir politique sous couvert d’une loi de transition énergétique dont FO Énergie et Mines conteste les termes.

Énergie et Mines Secrétaire général

Sur le même sujet

L’action des salariés de Fessenheim fait reculer le gouvernement

Nucléaire par Énergie et Mines

Le conseil d’Administration d’EDF s’est déroulé dans un contexte tendu alors que le gouvernement avait affirmé vouloir signer le décret de fermeture de Fessenheim avant la fin du quinquennat. La ministre Royal avait alors menacé les administrateurs indépendants et EDF de représailles, ce qui est indigne d’un ministre de la République.