Fermeture de la maternité de Coutances : FO veut le reclassement de tous les salariés

Emploi et Salaires par Françoise Lambert

Maternité de la Clinique du Docteur Guillard à Coutances dans La Manche.

La maternité de Coutances, dans La Manche, fermera ses portes dès la fin du mois. Depuis l’annonce intervenue brutalement, le 10 février, FO est mobilisée pour défendre les vingt-deux salariés concernés.

L’annonce, en forme de couperet, est tombée le 10 février : la maternité de Coutances (Manche), située au sein de la clinique Henry-Guillard, fermera à la fin du mois. La raison de cette décision précipitée : le départ de l’un des deux gynécologues-obstétriciens de l’établissement et la difficulté non résolue par la clinique de trouver un remplaçant.

Les femmes enceintes devront donc faire une trentaine de kilomètres pour aller accoucher dans la ville de Saint-Lô, au centre hospitalier. Celui-ci devra absorber les quelque 660 naissances annuelles qui avaient lieu à Coutances. Et les 22 salariés du service maternité, sur les 130 que compte la clinique de Coutances, ne pourront conserver leur emploi actuel.

Vingt-deux salariés dans l’attente d’une solution

Yann Perrotte, secrétaire de l’union départementale FO, indique : « À défaut de maintenir la maternité, nous voulons le reclassement de tout le personnel. » Six sages-femmes, quatorze puéricultrices, un infirmier et un aide-soignant sont dans l’attente d’une solution.

Certains pourraient être transférés vers le centre hospitalier de Saint-Lô et d’autres au centre de périnatalité qui subsistera au sein de la clinique à Coutances, pour le suivi des grossesses et les visites des mamans et des nourrissons après l’accouchement.

« Maintenir le plus d’emplois possible à la clinique »

« Nous voulons maintenir le plus d’emplois possible à la clinique pour pérenniser l’établissement, indique Yann Perrotte. Nous déplorons la pénurie médicale qui entraîne la suppression de ce service de santé publique à la population. Rappelons qu’il remplaçait la maternité de l’hôpital public fermée il y a une vingtaine d’années. »

Les représentants de l’union départementale FO et de la fédération FO Santé ont déjà rencontré le député Stéphane Travers le 12 février. Ils doivent rencontrer les personnels de la maternité, puis le directeur de la clinique jeudi.

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Vache folle : la justice perd la trace

Consommation par  Michel Pourcelot

La vache folle dans le pré carré de la justice : dix-sept années d’enquêtes et au bout un non-lieu général, requis dans le cadre de l’un des plus grands scandales sanitaires de ces cinquante dernières années. Vingt-sept à trente décès en France, le premier en 1996, sur les quelque 200 personnes décédées de (...)

Mauvaise foi de Marionnaud

Travail de nuit

Marionnaud participe à Octobre Rose, une campagne contre le cancer du sein, en reversant une partie de ses recettes à une association. Mais le parfumeur possède sur les Champs-Élysées une boutique ouverte tous les soirs jusqu’à minuit. Or, selon l’Inserm, travailler de nuit augmente de 30 % le risque (...)

AP­‐HP : Savoir ne pas s’entêter ! Retrait du projet de « réorganisation du temps de travail »

Communiqué de la Fédération FO des personnels des services publics et des services de santé par Services publics et de Santé

La fédération FO des personnels des services publics et des services de santé apporte son soutien plein et entier aux personnels et aux syndicats dont FO de l’Assistance-Publique Hôpitaux de Paris pour la grève du 28 mai 2015 contre le « projet de réorganisation du temps de travail ».
Malgré la grève (...)