Feuille de route : le droit chemin

Le mot par Michel Pourcelot

Guère de réformes sans « feuille de route ». Datant du début des années 2000, l’expression est une traduction littérale du mot anglo-saxon roadmap dans son utilisation diplomatique (« feuille de route vers la paix au Proche-Orient », 2003). Chemin faisant, elle a depuis pris une place prépondérante dans la terminologie déployée par les gouvernements français, passant également dans le langage entrepreneurial où elle est associée au « business plan ».

Mise en cadre

La « feuille de route » s’entend désormais comme un moyen de ne pas sortir du droit chemin, même si c’est pour aller dans le mur. Compagne de route, assez dominatrice, de la lettre de cadrage, elle fait d’ailleurs parfois office de synonyme de « note de cadrage ». Ainsi entendue, la feuille de route montre LA route, la « méthodologie » à employer, et détermine l’agenda, œuvre d’un maître des horloges, ainsi que les étapes forcées, quitte à en laisser certains sur le bord de la route.

Michel Pourcelot Journaliste