Financement des Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air en danger

Communiqué de la Fédération FO de l’Equipement, de l’Environnement, des Transports et des Services par FEETS FO

Article publié dans le Dossier Climat
«  Air quality monitoring in Aquitaine, France  » par Cjp24Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons.

Cette semaine la presse nationale et différents élus ont réagi à la découverte de la baisse de 15% de la subvention du ministère de l’écologie à Airparif. Plus globalement ce sont l’ensemble des Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA) qui sont aujourd’hui menacées.

La Fédération de l’Equipement, de l’Environnement, des Transports et des Services Force Ouvrière (FEETS-FO) avait alerté dès septembre 2013 des risques qui pesaient sur le financement des AASQA suite aux propos de Laurent Michel, Directeur général de l’énergie et du climat, lors d’une table ronde sur la qualité de l’air à l’Assemblée nationale.

Les pics de pollution observés chaque année rappellent que les enjeux de qualité de l’air sont fondamentaux pour la santé et la qualité de vie de la population. L’amélioration de la qualité de l’air et la prévention des risques liés à cette dégradation passe par la mesure et la surveillance.

Les AASQA jouent un rôle primordial dans ce dispositif. En plus d’assurer la surveillance de la qualité de l’air sur le territoire, les missions des AASQA, de plus en plus sollicitées, se sont multipliées et diversifiées ces dernières années (contribution aux schémas régionaux climat-air-énergie, révision des plans de protection de l’atmosphère [PPA], mesure d’un nombre croissant de polluants...)

La FEETS-FO constate que, malgré cela, les AASQA sont victimes de l’austérité avec la réduction des subventions de l’État, le retrait de plusieurs collectivités locales. Dans certaines régions, les ressources liées à la taxe générale sur les activités polluantes sont également en réduction.

Par ailleurs, la fusion des régions est susceptible d’entraîner des fusions d’associations qui pourraient éloigner, faute de moyens, les AASQA de leur mission de service public au plus près de leur territoire.

Les AASQA sont aujourd’hui en danger.

La FEETS-FO revendique des garanties à la ministre de l’écologie sur la pérennité des AASQA, le financement et les conditions d’emploi des salariés.

Sans les AASQA aucune prévention de la pollution de l’air ne serait possible.

Si Madame Royal considère que c’est en « cassant le thermomètre que la température chute », elle se trompe. L’environnement a besoin d’être mesuré pour être protégé.

 Voir en ligne  : Fédération FO de l’Equipement, de l’Environnement, des Transports et des Services

FEETS FO ÉQUIPEMENT, ENVIRONNEMENT, TRANSPORTS ET SERVICES

Plus dans le Dossier Climat
Tous les articles du dossier

COP 21 : le mouvement syndical n’a pas dit son dernier mot

Société par Evelyne Salamero

À mi-parcours des négociations de l’accord mondial sur le climat, la dimension sociale demeure en position précaire. La CSI entend maintenir la pression pour que dès 2016 une autre étape s’engage. FO souligne le rôle majeur de la puissance publique pour lutter efficacement contre le réchauffement (...)

Qualité de l’air : Pour la FEETS-FO, la première priorité doit être de consolider le réseau des AASQA

Communiqué de la Fédération FO de l’Équipement, de l’Environnement, des Transports et des Services par FEETS FO

la Journée nationale du 25 septembre 2015 de la qualité de l’air issue de la feuille de route du gouvernement après la conférence environnementale 2014 ne doit pas masquer les risques qui pèsent aujourd’hui sur les Associations agréés de surveillance de la qualité de l’air (AASQA).
Les AASQA jouent un (...)

Lutte contre le réchauffement climatique : le mouvement syndical international tient son propre sommet

International par Evelyne Salamero

A deux mois et demi de la 21e conférence des Nations Unies sur le climat (COP 21) qui se tiendra à Paris en décembre, la CSI (Confédération syndicale internationale) organise son propre sommet ces 14 et 15 septembre dans la capitale française, au siège du Conseil économique, social et environnemental. Objectif : que la COP 21 soit celle du « social ».