Flunch : les salariés toujours en lutte pour les salaires

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

Chez Flunch, enseigne de restauration détenue par la galaxie Mulliez, les NAO, qui ont démarré en mars, sont difficiles. Mais les salariés, mobilisés depuis janvier pour améliorer leur salaire et leurs conditions de travail, ne lâchent rien. Le 9 avril, ils ont de nouveau manifesté partout en France à l’appel d’une intersyndicale incluant FO. Outre une revalorisation des salaires, les syndicats exigent entre autres la mise en place d’un vrai treizième mois et l’indemnisation du travail dominical. Ils revendiquent aussi des aménagements d’horaires pour les temps partiels subis et l’indemnisation ou la suppression du travail en coupure (journée discontinue).

Fin des NAO le 28 avril

Le 13 avril, la troisième réunion des NAO n’a pas permis d’avancées sur la rémunération. La direction a repoussé le sujet au 28 avril, date prévue pour l’ultime round de négociation. Toutes nos demandes sont rejetées et la direction cherche à nous imposer une grille de salaires inférieure à celle de la branche HCR, dénonce Aurore Franchomme, déléguée nationale FO chez Flunch. Les premiers niveaux de cette nouvelle grille seraient rémunérés à seulement 2 centimes au-dessus du Smic. Il n’y a aucune reconnaissance de la compétence des salariés, ce n’est pas acceptable.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Chez Flunch, FO exige des salaires décents

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

Chez Flunch, enseigne de restauration détenue par la galaxie Mulliez, FO, dans le cadre d’une intersyndicale, a appelé le 11 janvier à une mobilisation à Paris et à Villeneuve-d’Ascq (Nord) pour exiger l’ouverture immédiate de négociations salariales. Illustration de l’écrasement de la grille des (...)

Pouvoir d’achat : la demande salariale demeure

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

Le conflit en Ukraine va ralentir la croissance économique hexagonale, déjà fragilisée par la crise sanitaire. Si la Banque de France ne prévoit pas à ce stade de récession, l’institution table cependant sur une baisse de la croissance de 0,5 % à 1,1 % et une inflation moyenne de 3,7 % sur l’année. (...)