Flybus : les salariés manifestent pour exiger l’annulation du PSE

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

© F. BLANC

Une vingtaine de salariés se sont rassemblés le 4 mars à Paris, à l’appel de FO, pour dénoncer un plan social « abusif » supprimant un quart des effectifs chez Flybus, société de transport aéroportuaire basée à Roissy-Charles-de-Gaulle.

Brandissant drapeaux et mégaphones, une vingtaine de salariés de Flybus ont bruyamment manifesté à l’appel de FO le 4 mars à Paris, à proximité de la Caisse des dépôts et consignations. Ils ont exigé l’annulation sans équivoque du PSE lancé le 21 décembre dans cette entreprise de transport aéroportuaire basée à Roissy-Charles de Gaulle. La direction entend supprimer 22 postes sur 96, soit un quart des effectifs. Les manifestants ont aussi revendiqué la négociation d’un accord d’activité partielle de longue durée (APLD) et la mise en place de départs volontaires autonomes. 

04032021ManifFlybus01

Les négociations de ce plan social doivent s’achever le 22 avril. Le syndicat FO dénonce un PSE « abusif » qui cible les salariés les plus anciens et les salariés protégés, porteurs de mandat. L’inspection du travail a relevé de nombreuses irrégularités dans ce PSE, qui cible non seulement des catégories de postes mais surtout certains employés, dénonce Abdel Dahmani, secrétaire général du syndicat FO Flybus. Elle a envoyé deux lettres d’observation à la direction et menace même de ne pas valider le PSE.

Un chiffre d’affaires en hausse constante

Pour le syndicat FO, ce plan social est d’autant plus révoltant que la société appartient à Transdev, elle-même détenue à 66% par la Caisse des dépôts et consignations, soit l’État. Certes, la pandémie a porté un quasi-coup d’arrêt au transport aérien. Les salariés sont depuis presque un an placés en activité partielle. La situation n’est que passagère, il ne sert à rien de faire couler le bateau, insiste Abdel Dahmani. Il existe d’autres solutions que les licenciements. Nous pouvons encore compter sur les aides de l’État pour favoriser le maintien des emplois, avec notamment la mise en place d’un accord APLD.

Le militant FO rappelle que l’entreprise se portait bien avant la crise, avec un chiffre d’affaires en hausse constante depuis son rachat par Transdev début 2018. Il souligne également que la campagne de vaccination devrait permettre à l’activité aérienne de redémarrer. En temps normal, nous sommes une centaine de salariés et près de 70 intérimaires, ajoute Kamel Tourabi, délégué FO chez Flybus. Comment faire tourner l’entreprise avec un quart de salariés en moins ? Ils comptent faire quoi, réembaucher après avoir licencié ?

Cette première mobilisation des salariés n’est certainement pas la dernière. Comme la société est à l’arrêt du fait de la crise sanitaire, notre seul moyen d’agir est d’embêter les actionnaires, nous allons continuer, préviennent les militants FO.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Résolution du Comité confédéral national de FO des 23 et 24 septembre 2020

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 23 et 24 septembre 2020, le CCN rappelle son indépendance à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques. Il réaffirme d’une façon générale son opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical, rappelant par là le préambule des statuts de la CGT-FO.