Fnac-Darty : les salariés se serrent la ceinture, le patron se gave

Salaires par Clarisse Josselin

©Pascal SITTLER/REA

Alexandre Bompard, à la tête de la Fnac depuis 2010, a touché 13,9 millions d’euros en 2016, grâce à un superbonus. FO souligne que les bons résultats de l’entreprise reposent sur les économies réalisées sur le dos des salariés.

Le patron de Fnac-Darty est l’un des mieux payés de France, comme le révélait Libération le 29 avril. En 2016, Alexandre Bompard a perçu 13,9 millions d’euros, contre 11,5 millions d’euros en 2015, soit une augmentation de 21 % en un an. Cette rémunération représente 19 % du bénéfice net réalisé par l’enseigne l’an dernier, de 74 millions d’euros. En comparaison, les patrons du CAC 40, où ne figure pas la Fnac, gagnent en moyenne 5 millions d’euros.

L’explication ? Le P-DG a perçu un salaire annuel de plus de 1,8 million d’euros. Il a surtout bénéficié d’un pharaonique bonus de près de 12 millions d’euros, grâce à des actions attribuées en 2013 et 2014.

11 euros bruts pour les salariés en 2017

Certes, depuis qu’il est aux manettes, Alexandre Bompard est parvenu à sortir la Fnac de l’ornière. Depuis son introduction en bourse en 2013, le titre ne cesse de grimper, et sa valeur a plus que triplé. « Si les résultats sont bons et lui permettent de toucher de tels bonus, c’est grâce aux économies faites le dos de tous les salariés, qui se serrent la ceinture », précise Thierry Lizé, délégué central à la Fnac Relais.

En 2012, le P-DG avait lancé un plan d’économies de 80 millions d’euros, assorti de suppressions de postes et d’une modération salariale. « Pour nous, les mesures anorexiques s’enchaînent, pour 2017, les hausses collectives se résument à 11 euros bruts sur la grille, poursuit le délégué FO. Dans le contexte actuel, toute modération salariale est inaudible, les économies attendues sont largement dépassées. »

Il évoque aussi un millier de postes supprimé ces dernières années dans les Fnac de province, le non remplacement des départs, quasi-systématique, et un million d’euros gagné en réduisant les effectifs de sécurité… « Toutes ces économies se font au mépris des conditions de travail, ajoute-t-il. On est tellement peu nombreux que c’est compliqué de partir en vacances ou même de prendre sa pause repas. »

Chasse aux doublons

L’an dernier, avec l’externalisation du service après-vente de la Fnac et la fermeture d’un magasin en Espagne, les effectifs ont baissé de 3,4 %. De nouvelles suppressions de postes se profilent. La Fnac a racheté Darty l’an dernier pour 1,1 milliard d’euros et une chasse aux doublons s’annonce. Selon le délégué FO, des centaines d’emploi sont menacées dans le cadre de la fusion des sièges des deux enseignes. Il craint aussi des plan sociaux dans la logistique ou le service après-vente. La fermeture d’un entrepôt à Wissous, dans l’Essonne, a déjà été annoncée.

Quant au salaire du P-DG, il devrait encore augmenter en 2017. Toujours selon Libération, en raison de nouvelles responsabilités liées au rachat de Darty, le conseil d’administration a décidé le 28 février de plafonner son salaire variable annuel à 120 % du fixe au lieu de 105 %, soit un gain potentiel de 135 000 euros.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Achats en ligne, le vendeur n’est pas toujours celui que l’on croit

Consommation par AFOC

Autrefois réservées à un petit nombre de site marchand, les places de marché (plus connues sur la toile sous le nom de Market Place) occupent une place croissante sur internet. Désormais, la plupart des grandes enseignes (Darty, FNAC, Amazon, PriceMinister, La Redoute, etc.) s’y sont mises, ce qui n’est pas sans incidence pour le consommateur !

Fnac-Darty : la justice tranchera sur les licenciements

Emploi et Salaires par Françoise Lambert

FO soutient les salariés de Fnac-Darty qui contestent le motif économique de leur licenciement devant le tribunal des prud’hommes de Marseille. Des licenciements qui ont eu lieu dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) à l’occasion d’une restructuration.