FO appelle à la grève chez Raynal et Roquelaure pour les salaires

Agroalimentaire par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Près de 95 % des ouvriers de l’usine Raynal et Roquelaure de Camaret-sur-Aigues (Vaucluse) sont en grève depuis le 18 août à l’appel de plusieurs syndicats dont FO. Ils conditionnent leur retour au travail à la reprise des négociations annuelles obligatoires (NAO) dans cette entreprise agroalimentaire.

La quasi-totalité des ouvriers de l’usine Raynal et Roquelaure de Camaret-sur-Aigues sont en grève depuis le 18 août, à l’appel de plusieurs syndicats dont FO. Ils exigent la reprise immédiate des négociations annuelles obligatoires (NAO) qui avaient été interrompues début juillet avec les congés d’été.

Jocelyn Prophète pour l’intersyndicale - France Bleu Vaucluse

Les salariés revendiquent une hausse de salaire de 75 euros bruts par mois. Après trois réunions, la direction leur accorde seulement 40 euros. D’après les syndicats, l’entreprise a réalisé un million d’euros de bénéfices l’an dernier.

Un médiateur a été nommé

« On devait se revoir à la rentrée, explique Jean Garcia, délégué FO sur le site. L’activité a repris le 8 août. La direction nous a convoqués pour le 30 août, nous estimons que c’est trop tard ».

Ce 22 août, le directeur général recevant les délégués syndicaux a exigé qu’une reprise du travail précède la poursuite des négociations sur les salaires. Les syndicats s’y refusent. Un médiateur a été nommé. Une nouvelle rencontre avec la direction était prévue le 23 août.

Sur le même sujet

Un développement syndical gagnant

Portrait par Mathieu Lapprand

Délégué syndical central, David Dubois a créé et développé le syndicat FO chez Herta. Il travaille sur le site principal, situé à Saint-Pol-sur-Ternoise dans le Pas-de-Calais, où il a construit le syndicat.

Chez Euralis, FO tire le signal d’alarme

Agroalimentaire par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Les syndicats FO, CGT et CFDT appellent, dans un communiqué daté du 11 avril 2018, à « arrêter la casse » au sein du groupe coopératif Euralis. Ils dénoncent des erreurs stratégiques dramatiques pour les résultats et l’emploi. Un nouveau plan social, annoncé en janvier 2018, va supprimer 313 postes dans le pôle alimentaire.