FO Cadres dénonce le chantage au forfait annuel

Ratification des ordonnances par Union des Cadres et Ingénieurs

Communiqué de FO Cadres

Le projet de loi ratifiant les ordonnances a introduit une disposition dangereuse relative au forfait annuel. Ainsi, les accords emplois deviennent des accords de performance collective (APC) qui peuvent modifier ou mettre en place un dispositif de forfait annuel.

L’APC devra néanmoins respecter les dispositions relatives aux salariés éligibles aux forfaits ; au renoncement aux jours de repos avec majoration de salaire ; à la charge de travail et à la répartition du temps de travail.

FO Cadres condamne cette modification qui dévoie encore plus le dispositif du forfait en le mettant en place par le biais d’un APC. Elle souligne la perte de protection et de liberté pour les salariés. Auparavant l’ordre public conditionnait la mise en place du forfait à l’accord du salarié et à une convention individuelle. Désormais l’APC peut s’exonérer de l’application de cette disposition protectrice lorsqu’il modifie le dispositif de forfait annuel.

FO Cadres rappelle la dangerosité de ce type d’accord auquel elle s’est toujours opposée. En effet, d’une part ses dispositions priment sur le contrat de travail, et d’autre part le refus de son application par le salarié est une cause réelle et sérieuse de licenciement. A quel prix le salarié peut-il s’opposer ou refuser dans ces conditions ?

FO Cadres condamne l’atteinte portée à l’ordre public auquel on peut désormais déroger au détriment des salariés.

FO Cadres enjoint les signataires de tels accords à la plus grande vigilance afin de ne pas exposer les salariés à un dispositif de temps de travail qui pourrait ne pas garantir leur santé et leur sécurité.

Union des Cadres et Ingénieurs Secrétaire général

Sur le même sujet

Ordonnances : le refus du forfait jour désormais passible de licenciement

Droit du travail par Evelyne Salamero

Grâce à un amendement glissé au cours du débat parlementaire sur le projet de loi de ratification des ordonnances réformant le code du travail, les employeurs sont désormais autorisés à licencier les salariés qui refuseront que leur durée du travail soit calculée en nombre de jours dans le cadre d’un forfait annuel. Explications.

Forfait-jours : temps de travail et traitement des absences

Durée du travail par Secteur juridique

Les salariés sous forfait annuel en jours ne sont pas soumis : à la durée légale hebdomadaire de travail de 35 heures ; à la durée quotidienne de travail effectif qui ne peut excéder 10 heures, sauf dérogations ; aux dispositions sur les durées maximales hebdomadaires (48 heures au cours d’une même semaine, dans la limite de 44 heures calculées sur une période quelconque de 12 semaines consécutives ou 46 heures après autorisation délivrée par l’autorité administrative).