FO conteste la légalité de la loi Travail

Emploi et Salaires par Yves Veyrier

Article publié dans le Dossier Loi Travail

Jean-Claude Mailly s’est adressé à la ministre du Travail pour lui indiquer que « FO se réserve le droit d’ester en justice » contre la légalité de la loi Travail.

A contrario du Conseil d’État, FO estime que « les dispositions de l’article L1 du Code du travail n’ont pas été respectées ».

Pour justifier son avis (17 mars 2016) validant le processus d’élaboration du projet de loi, le Conseil d’État s’appuie sur la lettre envoyée par la ministre aux syndicats et organisations d’employeurs le 16 septembre 2015. Dans cette lettre, la ministre annonce qu’elle engagera la rédaction d’un projet de loi à l’issue des discussions sur le rapport Combrexelle et d’une concertation.

Le gouvernement fait fi du dialogue social

Contrairement à ce qu’affirme le Conseil d’État, à aucun moment une invitation formelle à l’ouverture d’une négociation n’a été faite et aucun document d’orientation « présentant des éléments de diagnostic, les objectifs poursuivis et les principales options », prévu par le deuxième alinéa de l’article L1, que le Conseil d’État se garde bien de mentionner, n’a été transmis.

En outre, en fait de concertation, FO n’a découvert l’intégralité du projet de loi qu’après sa transmission au Conseil d’État. La seule concertation qu’il évoque, à l’appui de son avis, est d’ailleurs celle s’étant « déroulée au cours des dernières semaines » (après le report de quinze jours de la présentation du projet en Conseil des ministres, dû à l’annonce des premières mobilisations).

Faut-il rappeler que l’article L1 avait été créé par une loi du 21 janvier 2008, à la suite du retrait du CPE, afin de promouvoir le dialogue social ? 

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

Loi Travail : la manif à Paris c’est parti !

Mobilisation par Yves Veyrier

Des centaines de milliers de salariés de tous les départements sont venus manifester à Paris.
Pour beaucoup, les deux nuits à venir seront courtes : départ de très bonne heure pour rejoindre Paris, et retour au cours de la nuit suivante. L’organisation du cortège tiendra compte évidemment de l’éloignement afin de permettre à ceux qui auront un long trajet de retour de manifester en tête pour rejoindre plus facilement leur car. Dans les DOM TOM, des actions de soutien auront lieu sur place, comme dans les départements les plus éloignés où il est difficile de trouver le moyen de monter à Paris.

Secteur pétrolier : Le silence des raffineries

Emploi et Salaires par Nadia Djabali

« D’habitude, on parcourt les sites avec des protections contre le bruit, raconte Jeff Vapillon, secrétaire FO de la raffinerie de Feyzin (Rhône). Aujourd’hui, tout est silencieux. C’est étrange. » Les sites de Donges et Feyzin ont voté la grève illimitée jusqu’au retrait de la loi Travail. Chez Ineos, (...)