FO continue la bataille juridique contre la loi El Khomri

QPC par Nadia Djabali

Des nouvelles du front constitutionnel. Saisi par FO, le Conseil constitutionnel s’est prononcé vendredi 15 septembre sur deux dispositions de la loi El Khomri.

La première disposition faisant l’objet de la question prioritaire de constitutionnalité déposée par FO réglemente les compensations lors des temps d’habillage et de déshabillage, de restauration, de pause et de déplacements professionnels.

La deuxième définit la répartition du temps de travail dans l’entreprise. L’article 8 de la loi El Khomri prévoit en effet que l’employeur peut décider unilatéralement une répartition sur plusieurs semaines de la durée du travail. Une règle qui change selon la taille de l’entreprise.

Tous ces points, a plaidé FO, provoquent une rupture d’égalité de traitement entre les salariés selon les entreprises où ils travaillent et entrent donc en contradiction avec le principe constitutionnel d’égalité. Mais les magistrats ont considéré que ces deux dispositions de la loi du 8 août 2016 étaient conformes à la constitution.

Deux autres QPC en attente

Le Conseil a jusqu’au 19 octobre pour se prononcer sur deux autres QPC déposées par FO. Ces deux questions contestent le recours au referendum d’entreprise ainsi que les dispositions permettant à un employeur de licencier un salarié qui refuserait l’inscription à son contrat de travail d’un accord de développement ou de préservation de l’emploi.

Nadia Djabali Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Emploi, contrat de travail, formation : FO reçue à Matignon

Dialogue social par Clarisse Josselin

Une délégation FO a été reçue le 11 janvier par le Premier ministre et la ministre du Travail pour une concertation sur le futur plan d’urgence pour l’emploi de François Hollande. Jean-Claude Mailly a notamment insisté sur la nécessité de réorienter la politique économique générale.
Comme l’ensemble des (...)

L’employeur peut-il modifier mon salaire ?

Salaire par Secteur juridique

En France, le salaire est librement fixé sous réserve de respecter le Smic ou le salaire minimum conventionnel et le principe « à travail égal, salaire égal ». Les clauses d’indexation automatique des salaires sur le niveau général des prix ou des salaires ou encore sur le Smic sont interdites.

Chômage : Hollande s’attaque à la courbe

Jean-Claude Mailly était l’invité de l’émission C dans l’air par Jean-Claude Mailly

« Pour Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de Force ouvrière (FO), ce contrat de travail "agile" "n’est qu’un contrat de travail fragile". Mais selon lui, ce type de contrat "pas acceptable" "n’est pas dans l’air du temps de la part du gouvernement". » (C dans l’air | France 5 le 12 janvier 2016)