FO décide de préparer la mobilisation

Comité confédéral par Mathieu Lapprand

@ Solange Gautier/FO Hebdo

La rentrée de FO a été marquée par plusieurs interventions pointant la détérioration de la situation économique et par la volonté forte de réagir, comme le montre la convocation d’une commission exécutive extraordinaire.

Le Comité confédéral national de la CGT-FO s’est tenu les 2 et 3 octobre au siège de la Confédération, à Paris. Après un hommage rendu à André Bergeron, Secrétaire général de la Confédération de 1963 à 1989, Jean-Claude Mailly a analysé la rentrée, qualifiée de « plombante », et évoqué son contexte politique : « Un gouvernement dans les cordes qui poursuit aveuglément une logique économique libérale couplée avec de l’autoritarisme social. »

Rappelant ses mises en garde dès l’annonce du pacte de responsabilité, le secrétaire général a noté les analyses d’économistes qui considèrent que « mener une politique de l’offre pour sortir d’une récession est le comble de l’absurdité économique ». À propos de la négociation dite de modernisation du dialogue social, Jean-Claude Mailly a prévenu que la Confédération, qui n’était pas demandeuse, y défendrait ses revendications : « l’amélioration de la représentation des salariés à l’intérieur de l’entreprise, quelle que soit sa taille ». Évoquant la réforme des professions réglementées, Serge Legagnoa (FEC) a rappelé défendre « les intérêts des salariés de ces professions et pas les patrons ». Stéphane Gavelle, des Alpes-de-Haute-Provence, a lui contesté la réforme territoriale, moquant le concept d’hyper-ruralité et alertant sur la disparition attendue du SAMU dans son département. Les délégués de Mayotte et de Guyane ont pointé les risques « d’affaiblissement des politiques sociales » dans ces territoires.

Mobiliser pour les élections dans la fonction publique

Josselyne Baussant, des Deux-Sèvres, détaillait avec colère les millions d’euros perçus, au titre du CICE, par des assureurs qui n’en ont nul besoin. Et Didier Hotte, pour l’UCR, a mis en garde contre le concept de « petite retraite », qui mène à considérer que les pensionnés percevant plus de 1 200 euros seraient des « nantis ».

Nombre de délégués ont abordé l’enjeu des campagnes et actions de développement, se félicitant, comme Éric Gondy, du Loir-et- Cher, de résultats encourageants. L’ouvrage Il faut sauver le service public a été plébiscité comme élément de mobilisation pour les élections dans la fonction publique le 4 décembre prochain.

Jean-Claude Mailly, face au manque de visibilité quant à la façon dont peut évoluer la situation, a souligné que l’une des forces de FO réside dans sa souplesse et sa réactivité. Le CCN l’a confirmé, appelant à la convocation d’une commission exécutive extraordinaire afin de prendre les initiatives nécessaires pour une manifestation nationale FO pouvant aller jusqu’à la grève interprofessionnelle.

Mathieu Lapprand Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

L’interview éco : Jean-Claude Mailly

France Inter | Samedi 6 décembre 2014 par Jean-Claude Mailly

Réactions du Secrétaire général de Force Ouvrière face aux mouvements de colère des chefs d’entreprises et les différentes remises en questions qui s’expriment autour des nouveaux dispositifs fiscaux et sociaux. Commentaires de Jean-Claude Mailly sur les premiers résultats des élections du 4 décembre dans la Fonction publique.

Un Pacte scellé avec les entreprises et sans les travailleurs

Le Tout-entreprise par Valérie Forgeront

Certains médias ont qualifié le texte de tentaculaire, fourre-tout... Il l’est. Présenté le 18 juin en Conseil des ministres, le projet de loi Pacte, « Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises », comporte soixante-dix articles. Il se distingue par « l’absence de mesures favorables aux travailleurs », s’indigne FO.